Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Un nouvel espoir de traitement des pneumonies graves

Une société des biotechnologies impliquée dans le projet PNEUMONP, et responsable du développement du peptide antimicrobien M33, a récemment confirmé que cette molécule au centre du projet convenait désormais à une production à l'échelle industrielle. Ce nouveau médicament devrait contribuer à traiter des infections pulmonaires graves, comme la pneumonie.
Un nouvel espoir de traitement des pneumonies graves
La société italienne SetLance SRL a commencé il y a quelques années l'étude du M33, un peptide antimicrobien. Elle a bien progressé depuis. Les chercheurs ont optimisé leur version de la séquence du peptide artificiel, qui a obtenu des résultats in vitro encourageants contre des bactéries à Gram négatif et multirésistantes, et que l'on considère de plus en plus comme le traitement très attendu contre la pneumonie. Cette solution vient dans un contexte d'urgence de foisonnement de pathogènes à Gram négatif et multirésistants, incitant le secteur médical à parler de «crise de résistance aux antibiotiques».

L'Union européenne est consciente de l'urgence de trouver de nouveaux antibiotiques, et soutient donc la société Setlance via le projet PNEUMONP. Le projet vise une nouvelle formulation du M33, renforçant son activité antimicrobienne mais aussi surmontant ses problèmes de faible sélectivité des peptides antimicrobiens pour les bactéries, d'une certaine toxicité in vitro pour les cellules d'eucaryotes, et d'une courte demi-vie in vivo.

Le peptide et sa version pégylée (SET-M33L-PEG) brevetée par Setlance ont été récemment testés sur des souris infectées par P. aeruginosa, conduisant à une survie de 60 à 80 % en cas de septicémie et d'infection pulmonaire, et guérissant totalement des infections cutanées par administration locale. La nouvelle formulation du M33 agit en trois étapes contre les bactéries à Gram négatif: Elle se lie avec des lipopolysaccharides sur la membrane de la bactérie, forme une hélice, et finalement rompt la membrane entraînant la fuite du cytoplasme.

Contrairement à la colistine (un antibiotique contre les infections aiguës ou chroniques), le SET-M33L n'a pas conduit à la sélection de mutants résistants lors de cultures de bactéries. Il n'est pas génotoxique, et sa toxicité in vivo est bien inférieure à celle des autres peptides antimicrobiens déjà utilisés cliniquement.

Un autre résultat récent et intéressant concerne l'usage du M33 conjugué ou combiné avec la levofloxacine (LVFX), un antibiotique de type fluoroquinolone. Les tests antibactériens n'ont pas montré de différences notables d'activité lorsque le M33 et la LVFX étaient conjugués, mais leur combinaison s'est avérée plus active contre les bactéries à Gram négatif. Le traitement combiné s'oppose donc à la résistance des microbes, restaurant l'effet de la LVFX.

SetLance a agrandi l'échelle de la voie de synthèse du M33 et peut en produire plusieurs centaines de milligrammes par lot. La société estime que la molécule convient à une production à l'échelle industrielle, et compte passer début 2018 au développement et à la validation cliniques.

Le M33 est un élément essentiel du projet PNEUMONP, qui vise pour la fin 2017 un nouveau médicament par inhalation, une nouvelle technique d'aérosol, un test innovant d'efficacité du traitement, et un nouveau kit de diagnostic pour les infections pulmonaires par bactéries à Gram négatif.

Pour plus d'informations, veuillez consulter:
site web du projet

Source: D'après des informations communiquées par le projet

Informations connexes