Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Tendances scientifiques: Les dinosaures pourraient avoir roucoulé et non rugi

Un nouvel article émet l'hypothèse que le cri des dinosaures ressemblait plus à celui de leurs descendants, les oiseaux. Les chercheurs suggèrent qu'il est plus probable que les «féroces lézards» de la préhistoire aient roucoulé, marmonné ou hululé et non émis un rugissement stéréotypé.
Tendances scientifiques: Les dinosaures pourraient avoir roucoulé et non rugi
Si l'on vous demandait de vous représenter le redoutable Tyrannosaurus Rex ou le terrible Velociraptor, stars incontestables de la franchise «Jurassic Park», vous vous rappelleriez automatiquement des rugissements terrifiants produits par ces prédateurs impitoyables pourchassant leurs proies humaines tout au long des quatre films de la saga. Ce que peu de personnes savent, c'est que le rugissement du tyrannosaure de «Jurassic Park» a été obtenu en mélangeant des cris d'éléphanteau, le prusten d'un tigre et le vagissement d'un alligator, tandis que les cris à glacer le sang du Velociraptor sont la combinaison de cris d'un dauphin, de beuglements d'un morse, des sifflements d'une oie, du chant nuptial d'une grue africaine et de celui de tortues et d'une voix rauque humaine.

Les réalisateurs de «Jurassic Park» se sont donc autorisés à faire preuve d'une grande créativité pour imaginer les cris émis par les dinosaures. Toutefois, de nombreuses représentations des dinosaures dans les films hollywoodiens sont aujourd'hui considérées comme dépassées. Par exemple, les paléontologues s'accordent sur le fait que de nombreux dinosaures (notamment le Tyrannosaurus Rex) étaient recouverts de plumes et non d'écailles. Aujourd'hui, une équipe de chercheurs des États-Unis et du Canada soutient que les dinosaures émettaient des sons plus proches du roucoulement du pigeon ou du booming de l'autruche que des cris des mammifères.

Elle est arrivée à cette conclusion en rassemblant les données vocales de nombreux archosauriens vivants, un groupe comprenant oiseaux et crocodiles. De nombreuses espèces disparues, notamment les dinosaures, sont classées dans la famille des archosauriens. L'équipe a ensuite réparti les sons en différents groupes, y compris les bruits produits la bouche fermée. Les petits oiseaux, tels que moineaux et pinçons, ne produisent pas ces bruits, contrairement aux oiseaux dont le corps est plus imposant, comme les colombes, les autruches et les casoars de Nouvelle-Zélande. Ceci pourrait suggérer, selon l'équipe de recherche, que les dinosaures de grande taille auraient pu avoir des capacités vocales similaires.

Cependant, du fait que tous les oiseaux ne partagent pas cette caractéristique, l'équipe considère qu'elle a évolué séparément dans les différents groupes d'animaux. Cette caractéristique apparaissant dans 16 lignées d'animaux, notamment chez les crocodiles et oiseaux, il est raisonnable de penser qu'elle pourrait aussi avoir évolué chez les dinosaures. «Ces travaux ont montré que le comportement la bouche fermée a évolué plusieurs fois. Ceci suggère qu'il peut apparaître assez facilement et être intégré aux parades nuptiales», indique Tobias Riede, expert en physiologie de la Midwestern University, et auteur principal de l'article publié dans la revue «Evolution».

Bien entendu, les chercheurs ont été handicapés par le fait que les organes vocaux, constitués de tissus mous, ne se fossilisent pas comme les os. Toutefois, en s'appuyant sur ce que l'on sait des oiseaux, il est probable que les dinosaures n'avaient pas de cordes vocales mais plutôt des sacs aériens et peut-être une syrinx comme celle des oiseaux (similaire au larynx humain, mais à deux pavillons et située plus bas dans la poitrine). Par conséquent, si un dinosaure avait un cri d'oiseau, les scientifiques pensent qu'il aurait pu être comparable au cri des gros oiseaux actuels les plus intimidants, à savoir les autruches et les casoars. Au risque de décevoir les producteurs d'Hollywood, le cri d'accouplement de l'autruche est un faible ronronnement et non un rugissement féroce.

Les fans de «Jurassic Park» seront soulagés d'apprendre que les producteurs n'avaient peut-être pas tout à fait tort lorsqu'ils ont choisi les voix de leurs stars reptiliennes. Si vous regardez le premier épisode de la saga, prêtez attention aux bruits émis par les Velociraptors juste avant qu'ils ne tendent une embuscade dans la jungle à Robert Muldoon, le garde: il s'agit du sifflement d'une oie. Selon l'étude, cette représentation n'est pas très éloignée de la vérité.

Source: D'après des communiqués de presse

Informations connexes

Pays

  • Canada, États-Unis