Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Appliquer une approche sociale pour mieux comprendre une histoire complexe

Des chercheurs financés par l'UE ont revu l'histoire dans l'optique de facteurs sociaux classiquement négligés, levant le rideau sur la cause réelle de la chute des régimes communistes en Europe centrale et de l'Est.
Appliquer une approche sociale pour mieux comprendre une histoire complexe
On comprend bien que les régimes communistes d'Europe centrale et de l'Est ont commencé à se désintégrer en 1989, mais l'on en comprend bien moins, voire pas du tout, la raison. Le projet RESOCEA est donc allé au-delà de l'approche classique, consistant à étudier cette période d'un œil politique, pour essayer de mieux comprendre la dynamique et les changements sociaux survenus dans ces régions durant cette période instable.

Il s'est attaché à réviser l'opinion traditionnelle sur le régime et la société des pays communistes, en revoyant l'histoire à travers des aspects sociaux inexplorés comme le conflit entre la science et l'idéologie, les accidents dans l'industrie, les migrations, la mobilité internationale, les conflits entre les cultures et les générations, et la contradiction entre la volonté d'efficacité économique et le parti pris idéologique.

Les chercheurs ont exploré les relations entre le régime communiste et la société, via une méthode innovante faisant référence au «concept de l'incident» dans le cadre d'états d'évènements et du «Grand évènement». «Une difficulté majeure, qui s'est avérée être aussi un facteur clé de notre réussite, a été de canaliser et d'interpréter l'abondance de données expérimentales à notre disposition, pour relier les histoires individuelles et les faits au niveau le plus bas avec les phénomènes et les explications au niveau macro social», explique le professeur Ivaylo Boyanov Znepolski, chercheur principal de RESOCEA.

Le professeur Znepolski a pris la tête de l'équipe, soutenu par quatre chercheurs confirmés d'anciens pays communistes. Chacun d'eux s'est intéressé à un pays donné, étudiant les aspects locaux de la chute des régimes communistes. À la fin de ces travaux, une description comparative a été publiée, reliant les cinq études de cas.

Déboulonner les mythes

L'un des principaux résultats du projet a été de déboulonner plusieurs mythes. Par exemple, on a longtemps supposé que l'effondrement du communisme en Europe centrale et de l'Est était inattendu, et que les gens des pays de l'ancien bloc soviétique ont vu la liberté comme un cadeau. «Nous avons trouvé des preuves concluantes que rien de ce qui s'est passé en 1989 n'était 'inattendu', bien au contraire», affirme le professeur Znepolski. «Lorsque l'on observe les 5 études de cas dans leur ensemble, il devient clair que le changement a été continu et que l'effondrement de 1989 n'a pas été en lui-même une révolution, mais simplement une façon pour l'histoire d'identifier le changement, de lui donner un nom.»

Une autre surprise a été de constater qu'au contraire de l'opinion générale, les régimes communistes d'Europe centrale et de l'Est n'avaient pas un contrôle total sur la société. En s'appuyant sur leur analyse approfondie de la vie de tous les jours sous les régimes communistes, les chercheurs de RESOCEA ont révélé l'existence d'un réseau ramifié de centres de micro-pouvoir, chacun ayant réussi à éloigner certains domaines de la supposée poigne de fer du régime.

Le talon d'Achille

Quelle a donc été la cause de la chute de ces régimes, s'il ne s'agissait ni d'un changement soudain ni d'une résistance à un contrôle total du gouvernement?

Selon le professeur Znepolski, le système communiste souffrait d'un défaut anthropologique majeur: son échec à motiver les individus à prendre l'initiative et à développer leurs talents créatifs. Ce fut la petite pierre qui déclencha l'avalanche. «Ce seul facteur a engendré des tensions entre les individus et le système et, en fin de compte, a sapé son soutien initial, celui du peuple au nom duquel il avait pris le pouvoir, et qui aurait dû bénéficier directement de son règne», constate le professeur Znepolski.

Si l'on y ajoute le développement de comportements anticonformistes, la popularité croissante de voies non officielles de publicité, et un ensemble de changements et de transformations sociales dans toutes les parties de la société, ce qui semblait n'être que quelques nuages à l'horizon est devenu une tempête qui a emporté les régimes communistes.

Pour plus d'informations, veuillez consulter:
site web du projet

Source: D'après un entretien avec le coordinateur du projet

Informations connexes

Numéro d'enregistrement: 125962 / Dernière mise à jour le: 2016-08-05
Catégorie: Politiques et directives
Fournisseur: ec