Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des chercheurs européens démontrent que l'organisation sociale des rats-taupes repose sur l'âge et non sur l'appartenance à des castes

Une nouvelle étude a révélé que le rôle du rat-taupe évolue avec l'âge et que ses changements de comportement sont dus à l'âge plutôt qu'à l'appartenance à une caste.
Des chercheurs européens démontrent que l'organisation sociale des rats-taupes repose sur l'âge et non sur l'appartenance à des castes
Le rat-taupe, notamment le rat-taupe glabre, vit sous terre en colonies. La plupart des membres de la colonie sont des «ouvriers», une seule femelle («reine») et un seul mâle assurant la reproduction. Dans l'esprit du plus grand nombre, une structure sociale aussi stricte est le plus souvent associée à des insectes tels que les abeilles et les fourmis. Tous les rats-taupes coopèrent en creusant chacun de leur côté des réseaux étendus de tunnels pour trouver de la nourriture. S'ils trouvent une importante source de nourriture, ils la partagent avec l'ensemble de la colonie.

Les rats qui accèdent au rôle de «reine» et de mâle reproducteur le conservent toute leur vie durant. Au décès de la «reine», c'est l'ouvrière la plus productive et la plus résistante qui est la mieux placée pour hériter de la fonction de reproduction.

De précédentes études suggéraient que les rats-taupes non-reproducteurs étaient répartis en non-ouvriers, ouvriers occasionnels et ouvriers fréquents et que la plupart d'entre eux restaient toute leur vie membres d'une caste donnée. On pensait que chaque individu se consacrait exclusivement à une tâche: réalisation de tunnels, construction de nids ou défense de la colonie.

Toutefois, dans une nouvelle étude publiée dans «Proceedings of the National Academy of Sciences», des chercheurs du Département de zoologie de l'université de Cambridge ont pu déterminer, grâce à un financement obtenu par le biais du projet THCB2011 du Conseil européen de la recherche (CER), que la contribution individuelle des rats-taupes du Damaraland aux activités de la colonie change avec l'âge. En fait, les différences de comportement des individus qui semblaient liées à leur appartenance à une caste sont en fait dues à un changement de comportement lié à l'âge. Il reste encore à confirmer que les variations de comportement notées chez le rat-taupe glabre sont aussi dues à l'âge, mais les chercheurs estiment que c'est probablement le cas.

«Chez les fourmis, les pucerons et les termites, les individus appartiennent dès leur naissance à des castes cantonnées à certains rôles, tels que celui de soldat ou d'ouvrier», explique le Dr Markus Zöttl, auteur principal de l'étude. «Au départ, on pensait que ce schéma se rencontrait uniquement chez les invertébrés sociaux tels que fourmis et abeilles, mais la découverte dans les années 80 du comportement social du rat-taupe a fait évoluer cette vision. Le rat-taupe social semblait être la seule espèce de vertébrés à appliquer un système de castes. Pour avoir une compréhension parfaite, nous devions acquérir des données à long terme sur un nombre important de rats-taupes et sur une longue période de leur vie.

Pour rassembler ces données et étudier de manière détaillée le comportement du rat-taupe, l'équipe de recherche a construit, sous la conduite du professeur Timothy Clutton-Brock, enquêteur principal du projet THCB2011, un laboratoire dans le Désert du Kalahari où vit le rat-taupe du Damaraland. L'équipe a ensuite établi plusieurs colonies de rats-taupes dans des systèmes de tunnels artificiels.

Pendant trois ans, elle a étudié le mode de vie de plusieurs centaines de rats-taupes, dans le but de comprendre l'évolution de leur comportement avec l'âge. Tous les individus ont été pesés et observés régulièrement. C'est au travers de cette observation minutieuse que l'équipe s'est rendu compte que les rats-taupes ont un rôle généraliste et non spécialisé comme on le pensait précédemment. Leur rôle change en fonction de leur âge et ils ne restent pas cantonnés à un rôle défini par une caste tout au long de leur vie. Ainsi, contrairement à des insectes tels que les fourmis et les termites, tous les rats-taupes participent à des activités variées, et leur contribution aux activités collectives augmente avec l'âge.

«Le fait que le rat-taupe du Damaraland n'utilise pas de castes signifie que seuls les invertébrés sociaux appliquent ce système de hiérarchisation qui ne s'est donc imposé chez aucun vertébré», ajoute le Dr Zöttl. «L'organisation sociale des rats-taupes a probablement plus de points communs avec les sociétés d'autres animaux entretenant des relations de coopération, tels que les suricates ou les chiens sauvages, qu'avec celles des insectes sociaux.»

Pour plus d'informations, veuillez consulter:
page du projet sur CORDIS

Source: D'après des informations communiquées par le projet

Informations connexes

Numéro d'enregistrement: 126148 / Dernière mise à jour le: 2016-09-06
Catégorie: Progrès scientifiques
Fournisseur: ec