Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Tendances scientifiques: Des particules de magnétite issues de la pollution et trouvées dans le cerveau pourraient être liées à Alzheimer

Après le cancer, les maladies cardiaques et les infections respiratoires aiguës, les scientifiques viennent peut-être de lever le voile sur une autre conséquence de la pollution sur la santé de l'homme: la maladie d'Alzheimer. Ils ont trouvé des particules magnétiques microscopiques issues de la pollution atmosphérique dans des cerveaux humains et ont établi un lien entre leur présence et la production de radicaux libres, eux-mêmes liés à cette tristement célèbre forme de démence.
Tendances scientifiques: Des particules de magnétite issues de la pollution et trouvées dans le cerveau pourraient être liées à Alzheimer
Conduite par l'université de Lancaster au Royaume-Uni, l'étude a consisté à analyser les tissus cervicaux de 37 personnes de 3 à 92 ans, dont 29 ont vécu et sont décédées à Mexico, ville connue pour son taux de pollution élevé. Parmi les huit autres personnes, toutes de Manchester et âgées de 62 à 92 ans, certaines avaient succombé à une maladie neurodégénérative.

«L'étude des tissus révèle que les particules sont réparties entre les cellules. Une extraction magnétique révèle l'existence de millions de ces particules, soit plusieurs millions dans un seul gramme de tissu cervical, qui représentent autant de risques de dommage. C'est un choc considérable», a déclaré le professeur Barbara Maher, co-directrice du Centre for Environmental Magnetism and Palaeomagnetism de l'université, et directrice scientifique du projet.

La magnétite peut aussi se former naturellement dans le cerveau, mais la forme différente des particules a trahi leur origine. Contrairement aux particules naturelles présentes en très petites quantités et de forme dentelée, celles qui ont été découvertes par le professeur Maher sont bien plus nombreuses, plus petites et de forme arrondie.

Selon le professeur Maher, ces particules présentent une «ressemblance frappante avec les nanosphères de magnétite présentes en abondance dans la pollution atmosphérique des grandes villes, notamment à proximité des grands axes routiers, et qui sont dues à la chaleur de combustion ou de frottement produite par les moteurs ou freins de véhicules.» Les particules en suspension dans l'air sont de forme sphérique et leurs surfaces sont entourées de minuscules cristallites. Elles sont accompagnées d'autres métaux tels que le platine qui sont produits par les convertisseurs catalytiques. Pour chaque particule de magnétite naturelle identifiée, les chercheurs ont dénombré environ 100 particules issues de la pollution.

De nouvelles pistes pour la recherche sur le cerveau

Bien que le lien entre ces particules et la maladie d'Alzheimer reste à prouver, il y a peu de doutes sur le fait que leur présence dans le cerveau humain, en particulier en de telles quantités, présente un risque pour la santé. Le professeur David Allsop, co-auteur de l'étude et directeur de recherche à la faculté de santé et de médecine de l'université de Lancaster, a déclaré que l'étude apporte «un tout nouvel axe de recherche concernant un facteur de risque environnemental susceptible d'être lié à plusieurs maladies cérébrales.»

«Du fait que ces particules sont en acier, un métal très réactif, elles provoqueront très certainement des dommages dans le cerveau», a ajouté le professeur Allsop. «Ce métal est impliqué dans la production de molécules très réactives appelées radicaux libres oxygénés qui entraînent des dommages oxydatifs, un sujet déjà largement étudié. On sait déjà que le dommage oxydatif contribue à la destruction des cellules du cerveau chez les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Par conséquent, il est très probable que la présence de fer dans le cerveau entraîne des dommages. Cela ne peut pas être anodin.»

Les résultats de l'étude basée sur les travaux de chercheurs d'Oxford, Glasgow, Manchester et Mexico, ont été publiés dans les Proceedings of the National Academy of Sciences.

Source: D'après des communiqués de presse

Informations connexes

Pays

  • Royaume-Uni