Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

L'attraction magnétique aide à expliquer les mouvements des plaques sous les océans

Le projet GEOPLATE financé par l'UE utilise des techniques de détection magnétique pour mieux comprendre les déplacements passés des plaques tectoniques terrestres tout en apportant de nouveaux outils pour faciliter la localisation des ressources naturelles de demain.
L'attraction magnétique aide à expliquer les mouvements des plaques sous les océans
Lorsqu'il s'agit de dater et suivre l'évolution de la croûte océanique, la recherche sur la tectonique des plaques se base souvent sur des connaissances concernant les périodes d'inversion de la polarité du champ géomagnétique de la planète et les anomalies magnétiques. Après une activité volcanique, le magma refroidit sur la dorsale et les minéraux contenus dans la roche nouvellement formée se magnétisent et s'alignent sur l'orientation du champ magnétique de la planète. Ces traces magnétiques peuvent par conséquent servir à dater la croûte.

Toutefois, la polarité du champ magnétique de la planète est restée stable pendant des périodes s'étendant sur plusieurs dizaines de millions d'années (Ma), une échelle de temps appelée superchron. Le plancher océanique datant de ces périodes est dépourvu d'anomalies magnétiques majeures, ce qui complique la tâche des chercheurs souhaitant créer des modèles cinématiques exacts des plaques.

Interpréter les ondulations magnétiques pour comprendre le passé

Le projet GEOPLATE, soutenu par l'UE, a entrepris d'examiner la progression du mouvement des plaques au cours de la période appelée «superchron Cretaceous normal» (C34, il y a environ 121 à 83 millions d'années). En analysant les enregistrements océaniques, le projet a étudié le comportement du champ magnétique terrestre pour présenter les premiers modèles de cinématique des plaques pour la période C34.

Pour cela, l'équipe a adopté une approche innovante consistant à reconstituer le mouvement des plaques à partir des preuves laissées par les variations passées de la force du champ géomagnétique. Ces variations ont laissé des traces magnétiques, qualifiées de «minuscules ondulations», qui ont pu être localisées à l'aide d'un équipement de détection magnétique.

Les résultats du projet ont permis de mieux comprendre plusieurs phénomènes continentaux et océaniques liés à l'interaction entre les plaques tectoniques superficielles, la convection mantellique et les processus de champ géomagnétique durant la longue période C34. Ils aident notamment à expliquer certains facteurs qui ont contribué à des phénomènes tels que les niveaux marins jugés anormalement hauts durant le Crétacé moyen.

Des techniques pour aider à localiser les ressources naturelles de demain

Ces nouveaux modèles cinématiques définis par le projet GEOPLATE contribuent à mieux apprécier l'influence sur la dérive des continents des taux de production de croûte et d'expansion du fond océanique (résultant de la croûte océanique créée par l'activité volcanique). Ils pourraient ainsi aider à expliquer le mouvement des plaques à l'origine de la fracturation de l'ancien supercontinent Gondwana. L'analyse des enregistrements magnétiques marins a également permis d'établir des modèles d'âge qui ont donné des résultats intéressants. À titre d'exemple, les techniques GEOPLATE ont révélé que la croûte océanique la plus ancienne au monde se trouve dans l'est de la mer Méditerranée, et qu'elle date vraisemblablement de presque 340 millions d'années.

Outre le fait qu'il renforce notre compréhension du passé, le projet apporte également des outils utilisables pour le présent. Nous savons que le mouvement des plaques tectoniques a aidé à façonner le développement de la lithosphère, de la biosphère, de l'hydrosphère et du climat mondial, avec des conséquences importantes. En aidant à mieux comprendre la formation des bassins marginaux continentaux, le projet GEOPLATE pourrait aider les chercheurs à localiser de nouvelles régions renfermant des gisements de minéraux et hydrocarbures.

Source: D'après des informations communiquées par le projet.

Informations connexes

Numéro d'enregistrement: 126185 / Dernière mise à jour le: 2016-09-09
Catégorie: Progrès scientifiques
Fournisseur: ec