Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des chercheurs européens sonnent la sonnette d'alarme sur la fatigue du pilote

Selon une nouvelle étude publiée par le projet FUTURE SKY SAFETY financé par l'UE, la moitié des pilotes de ligne pensent que la fatigue n'est pas prise au sérieux par les compagnies aériennes, ce qui conduit à se poser des questions sur la sécurité dans le secteur de l'aviation européen.
Des chercheurs européens sonnent la sonnette d'alarme sur la fatigue du pilote
L' étude menée par les membres du consortium de la London School of Economics (LSE) et Eurocontrol, en collaboration avec l'Association européenne des personnels navigants techniques, est la première enquête à grande échelle portant sur la perception des pilotes de la sécurité dans le secteur. Dans l'ensemble, l'aviation européenne reste un secteur très sécurisé avec un record impressionnant en matière de sécurité, avec peu d'accidents ou accidents évités de justesse. Par conséquent, la «culture de la sécurité», que le rapport définit comme correspondant aux «normes liées à la sécurité, aux valeurs, et aux pratiques communes aux groupes gérant le risque dans une organisation» est devenue un pilier du système de gestion efficace de la sécurité en Europe.

Des résultats inquiétants

Néanmoins, le rapport, auquel ont participé 7 239 pilotes (14 % du nombre total des pilotes d'avions commerciaux d'Europe) suscite des interrogations importantes quant aux perceptions des pilotes concernant la sécurité de l'aviation. Plus particulièrement, 51 % des pilotes interrogés rapportent que la fatigue n'est pas prise au sérieux par leur compagnie aérienne et 28 % des pilotes estiment que le personnel est insuffisant pour mener un travail en toute sécurité. Encore plus remarquable, moins de 20 % des pilotes interrogés estiment que leur compagnie aérienne se soucie de leur bien-être personnel.

Dans l'ensemble, malgré ces perceptions, la culture de la sécurité est généralement positive parmi les pilotes. En général, ils n'estimaient pas qu'ils devaient prendre des risques entravant la sécurité, et ils ont fait état d'un niveau élevé de confiance envers leurs collègues. Par conséquent, les résultats montrent que l'inquiétude principale semble être la fatigue et un personnel insuffisant. Aussi, nombreux sont les pilotes à estimer que leur emploi du temps est trop exigeant.

L'enquête a également révélé des différences significatives en matière d'évaluation des pilotes sur la culture de la sécurité en fonction de divers facteurs comme le type de compagnie aérienne ou le type de contrat. Les pilotes travaillant avec des contrats atypiques ou des compagnies aériennes low cost ou de transport de marchandises perçoivent de façon plus négative la culture de la sécurité que leurs collègues ayant un emploi plus stable et travaillant pour de grandes compagnies aériennes.

Des recommandations pour une action future

Suite à une analyse en profondeur des résultats de l'enquête, les chercheurs ont recommandé trois axes d'action devant être suivis par le secteur de l'aviation en réponse aux résultats de l'étude. Dans un premier temps, identifier les causes et les solutions potentielles dans les domaines de culture de la sécurité au sein de l'aviation européenne perçus le moins positivement par les pilotes, comme la fatigue et l'engagement des dirigeants envers la sécurité. Ensuite, commencer à évaluer et mesurer systématiquement la culture de la sécurité dans les compagnies aériennes comme cela a déjà été fait dans d'autres secteurs exposés à des dangers, comme le pétrole et le gaz. Enfin, les chercheurs conseillent à ce secteur de saisir les opportunités d'apprentissage inter-organisationnel sur la culture de la sécurité (par ex, partager les meilleures pratiques entre organisations).

«Les pilotes, les compagnies aériennes et les régulateurs doivent entamer un dialogue afin de comprendre ce que ces résultats signifient pour le secteur», commentait le co-auteur Dr Tom Reader. «Cela permettra d'apporter des réponses aux inquiétudes exprimées par les pilotes et d'identifier les changements à apporter pour maintenir une culture de sécurité positive dans le secteur, tout en veillant à ce que l'aviation européenne reste compétitive.»

Son collège et co-auteur, le Dr Anam Parand a également affirmé: «Notre étude ne révèle aucune relation de cause à effet entre la fatigue et les accidents, mais le risque présenté par la fatigue des pilotes est indubitablement une inquiétude qui devrait être prise en charge. La fatigue a été désignée comme une des causes principales de certains accidents.»

Pour plus d'informations, veuillez consulter:
site web du projet

Source: D'après des informations communiquées par le projet

Informations connexes

Numéro d'enregistrement: 126709 / Dernière mise à jour le: 2016-12-12
Catégorie: Politiques et directives
Fournisseur: ec