Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Tendances scientifiques: L'onde de Vénus semble être la plus grande du système solaire

Le vaisseau spatial japonais a observé une onde géante dans l'atmosphère de Vénus, qui pourrait être la plus grande de ce type dans notre système solaire. Il semblerait que l'onde soit générée d'une façon plutôt similaire aux ondes de surface qui se forment lorsque l'eau coule sur des roches, dans le lit d'une rivière.
Tendances scientifiques: L'onde de Vénus semble être la plus grande du système solaire
Cette onde de gravité stationnaire d'air chaud s'élève depuis la surface de Vénus et s'étend sur tout son diamètre. Elle plane à quelque 65 kilomètres (40 miles) au-dessus de la surface sous la forme d'un «V» aplati, ondulant à travers les nuages d'acide sulfurique de Vénus dont les vents soufflent à une vitesse constante et chaotique de 354 km/h (220 mph). Cette anomalie dure jusqu'à trois jours terriens puis disparaît mystérieusement.

L'onde de gravité est invisible à l'œil humain mais on pourrait la décrire comme une série d'ondes dans les nuages sur Terre qui s'étend sur plus de 10 000 km depuis l'Arctique jusqu'à l'Antarctique. Par chance, le vaisseau spatial japonais orbitant autour de Vénus, Akatsuki (Venus Climate Orbiter) a vu et photographié l'onde pour la première fois par lumière infrarouge.

Publiant maintenant sa recherche après un an d'analyse des données dans la revue «Nature Geoscience», l'équipe de recherche japonaise, basée à l'Université Rikkyo de Tokyo et l'agence d'exploration aérospatiale japonaise (Jaxa) ont décrit dans le plus grand détail le caractère unique et les curiosités de l'onde de gravité stationnaire de Vénus.

Curieusement, l'anomalie lumineuse est restée stationnaire à la hauteur des sommets nuageux de Vénus, ce qui semble difficile à concilier avec ce que nous connaissons de l'atmosphère supérieure épaisse de Vénus, où la course des nuages dépasse les 100 m par seconde. Les nuages voyagent beaucoup plus vite que la planète en lente rotation qu'ils surplombent; en effet, une journée sur Vénus dure plus longtemps qu'une année vénusienne.

Selon les hypothèses de l'équipe japonaise, le phénomène serait le résultat d'une onde de gravité qui est générée lorsque l'atmosphère inférieure passe au-dessus des montagnes pour ensuite se propager de façon ascendante à travers l'épaisse atmosphère de Vénus. Les ondes de gravité, qui découlent d'un fluide déplacé à partir d'une position d'équilibre, sont bien connues des météorologues et scientifiques spécialisés dans l'atmosphère terrestre, qui les voient comme des ondes à travers les nuages de vapeur d'eau et de glace.

Sur Terre, les ondes de gravité sont plutôt petites en raison de l'atmosphère confortablement dense. Vénus, qui malgré le fait qu'elle soit rocheuse comme la Terre avec une atmosphère persistante, des nuages et environ 82 % de la masse et 90 % de la gravité de la surface de la Terre, pourrait être facilement décrite comme la pire destination de notre système solaire. En surface, l'air est composé de presque 97 % de dioxyde de carbone (environ 100 fois plus épais que la Terre) et une température de 462 degrés Celsius, capable de faire fondre même l'acier... ceci explique pourquoi un vaisseau spatial ne peut survivre au-delà de quelques heures sur Vénus.

Le vaisseau spatial Akatsuki devrait orbiter autour de Vénus environ deux années encore et détecter encore d'autres ondes de ce type, ce qui permettrait de mieux comprendre l'une des voisines les plus proches de la Terre.

Source: D'après des communiqués de presse

Informations connexes