Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Tendances scientifiques: Lucy in the Sky with Diamonds - Pourquoi les trips sous acide durent si longtemps

Des chercheurs basés aux États-Unis ont identifié comment le diéthylamide de l'acide lysergique (LSD) se fixe aux récepteurs de la sérotonine dans le cerveau et pourquoi il est si puissant.
Tendances scientifiques: Lucy in the Sky with Diamonds - Pourquoi les trips sous acide durent si longtemps
Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi le LSD a inspiré tant de légendes urbaines et de chansons? Des simulations de la dynamique moléculaire suggèrent que la cinétique de la liaison lente du LSD peut être due à un «couvercle» formé par la boucle extracellulaire 2 (EL2) à l'entrée de la poche de liaison. En résumé, les résultats publiés dans «Cell» ont révélé qu'une fois le composé de LSD fixé sur le récepteur de la sérotonine, ce dernier se replie en partie dessus, le maintenant ainsi fermement en place et permettant à la drogue de rester dans le cerveau pendant plusieurs heures, voire jusqu'à 12 heures dans certains cas.

«En fait, il est piégé dans le récepteur et ne peut plus en sortir». Voici comment Bryan Roth, co-auteur senior de l'étude et professeur de pharmacologie à l'Université de Caroline du Nord a décrit ses observations.

Puissante drogue psychédélique qui altère la cognition et la perception, le LSD a connu une grande popularité dans le monde entier pendant les périodes hippie et de contre-culture des années 60 et 70, époque à laquelle elle était autorisée pour un usage récréatif. Toutefois, elle a rapidement été classée en tant que drogue du tableau I. Les stupéfiants du tableau I présentent un important risque d'abus ainsi qu'une dépendance psychologique et/ou physique élevée, ce qui explique pourquoi la drogue apparaît dans le groupe présentant le plus de risques d'abus ou de préjudice.

En 1968, la possession de LSD a été rendue illégale aux États-Unis, tandis que son utilisation s'est poursuivie jusqu'en 1993 en Suisse pour un usage psychiatrique réglementé et autorisé par la loi. Depuis, les scientifiques ont toujours souhaité étudier sa pharmacologie complexe et surtout son utilité potentielle dans l'étude des aspects de la psychopathologie et de la conscience humaine.

Au terme de deux décennies d'essais fastidieux par tâtonnement, des scientifiques ont finalement réussi à transformer le LSD et le récepteur en une forme cristallisée afin de pouvoir déchiffrer sa structure physique exacte. En recourant à la cristallographie, une technique consistant à projeter des rayons X dans un matériau et à utiliser le motif de diffraction obtenu pour déterminer l'espacement exact des atomes, les chercheurs ont constaté que les cellules du cerveau finissent par répondre à la molécule fixée en aspirant le récepteur vers l'intérieur, brisant ainsi le LSD.

«Un grand nombre de consommateurs de cette drogue n'ont pas conscience de son effet prolongé», déclare M. Roth, qui a commencé à s'intéresser au sujet après plusieurs rencontres avec de jeunes fêtards à l'occasion des tristement célèbres concerts des Grateful Dead. Les concerts des Grateful Dead étaient étroitement liés à la consommation de LSD aux États-Unis et constituaient le principal réseau de distribution de cette drogue jusque dans le milieu des années 90.

Si les études moléculaires et cristallines ne permettent pas d'expliquer totalement le fonctionnement du système nerveux central, elles apportent des informations sur l'action des substances hallucinogènes. Des chimistes pourraient par exemple produire des versions de la drogue à effet de plus courte durée, qui seraient plus adaptées à une utilisation clinique pour le traitement de l'anxiété ou des troubles de stress post-traumatique.

Source: D'après des communiqués de presse

Informations connexes

Pays

  • États-Unis
Numéro d'enregistrement: 127498 / Dernière mise à jour le: 2017-02-02
Catégorie: Tendances scientifiques
Fournisseur: ec