Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Protéger les oliviers d'une maladie mortelle

Le projet XF-ACTORS, financé par l'UE, a récemment rendu compte de ses travaux de modélisation de maladie, qui sont au cœur de sa stratégie de gestion intégrée visant à contrôler la propagation de l'agent pathogène Xylella fastidi-osa (XF), qui présente une grave menace pour les oliveraies d'Italie du sud.
Protéger les oliviers d'une maladie mortelle
Xylella fastidiosa (XF) est une bactérie qui a été liée à de nombreuses maladies végétales, notamment en Amérique où elle a fait des ravages dans les cultures de pêches et d'agrumes et les vignes. Néanmoins, plus récemment, le pathogène s'est attaqué aux oliviers d'Italie du Sud et, depuis 2013, a envahi plus de 23 000 ha d'oliviers. Après avoir flétri les pousses terminales, la maladie se propage à tout le feuillage, provoquant la mort des arbres et affectant tous les autres arbres des plantations.

Le projet XF-ACTORS vise à évaluer la probabilité de propagation de l'agent pathogène en UE, et à mettre en place des protocoles de prévention, de détection précoce et de contrôle de la XF. L'équipe du projet a utilisé la modélisation pour aider à prévoir la propagation de l'agent pathogène et ainsi conseiller la mise en place de zones tampons pour protéger les arbres non infectés.

Modéliser pour prévoir la propagation de la XF

Une recherche récemment publiée dans la revue «Biological Invasions» par les membres de l'équipe précise l'approche du projet consistant à modéliser les zones de contrôle actuellement définies dans les Pouilles, en Italie, afin de reproduire le schéma de propagation de la maladie. Les chercheurs ont découvert que lorsque la largeur du tampon augmentait, les risques d'infection diminuaient au-delà de la zone de contrôle, sans pour autant freiner complètement la propagation.

Aux dires de l'auteur principal, le Dr. Steven White, «Au tout début de l'invasion de Xylella fastidiosa, on connaît peu de choses sur les rythmes de propagation de cette maladie dévastatrice touchant les oliviers, ni sur la façon de la contrôler au mieux. Ceci est largement dû aux différences biologiques et environnementales entre le lieu d'invasion de la souche et de sa source.» Afin de mieux comprendre le processus, l'étude se penche plus particulièrement sur la façon dont la propagation de la XF en Europe (et au-delà) pourrait être influencée par différents insectes se déplaçant entre les plantations.

Introduire une stratégie de gestion intégrée

XF-ACTORS se penchera sur la biologie du pathogène sous-tendant la maladie (ainsi que celle des hôtes menacés), mais également sur les caractéristiques épidémiologiques des agents pathogènes pour mieux comprendre la progression de la maladie. Les chercheurs se concentreront également sur les interactions insecte-bactérie.

Outre la génération d'informations scientifiques, le projet concevra des stratégies de contrôle progressif efficaces offrant aux décideurs politiques des outils pour contenir le risque d'une propagation ultérieure hors de l'Italie. Cette approche étape par étape cherche d'abord à empêcher l'introduction d'agents pathogènes dans des zones non-infectées, par exemple en mettant en place des programmes de certification de l'UE tout en développant un plan de mise en place d'un réseau de plantes saines en UE. Par ailleurs, des systèmes de surveillance sur le terrain seront développés à l'aide d'une technologie de télédétection pour une détection précoce. En cas d'infection, des stratégies d'éradication efficaces seront déployées. Le projet mettra également des outils d'évaluation des risques à disposition des décideurs politiques. Ils seront centrés sur les épidémies en cours et indiqueront quelles régions seront les prochaines à être les plus exposées au risque. Le projet travaillera en collaboration avec un autre projet financé par l'UE – PONTE - dont les objectifs de la recherche sont complémentaires.

En cas d'épidémie, on espère que cette approche pourra réduire son impact social, économique et environnemental. En tant que co-auteur de l'étude, le Dr Daniel Chapman affirme: «Notre étude montre que de simples modèles peuvent aider à prévoir des stratégies de gestion de la maladie dès les premières étapes d'une épidémie. Grâce au nouveau financement de l'Union européenne, nous continuerons de développer l'approche afin d'apporter des conseils spécifiques de surveillance, confinement, et même d'éradication des nouvelles épidémies.»

Pour plus d'informations, veuillez consulter XF-ACTORS:
page web du projet

Source: D'après la couverture de l'évènement et des informations communiquées par le projet

Informations connexes