Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Une alternative écologique et efficace au fracking permet d'éviter les séismes

Si l'extraction du gaz de schiste par des moyens sûrs et responsables est une priorité de l'UE, il reste toujours à trouver une méthode d'extraction susceptible d'apaiser les préoccupations du public. Non seulement la fracturation hydraulique, couramment appelée «fracking», ne fait pas l'affaire, mais elle est également connue pour déclencher des séismes. Une entreprise basée au Royaume-Uni propose une alternative prometteuse dans le cadre du projet OCTOPUS TECHNOLOGY, financé par l'UE.
Une alternative écologique et efficace au fracking permet d'éviter les séismes
La société Octopus Completions croit fermement en sa technologie, dont elle pense qu'elle «mènera au développement d'une alternative économique, rapide et respectueuse de l'environnement aux technologies de fracking.» En fait, cette technologie est même supérieure à la fracturation sans eau, dite «verte».

Octopus est une technologie de forage qui crée simultanément des centaines de micro-forages latéraux, partant tous d'un puits de forage vertical ou horizontal. Cette technique permet de préserver par la suite un accès complet au puits principal, augmente de 2 à 10 fois la productivité par rapport aux techniques les plus récentes et permet de parvenir à la complétion du puits entre 40 et 80 jours plus tôt qu'avec les actuelles technologies multilatérales de complétion.

Avec le soutien de l'Instrument PME, la société cherche maintenant à poursuivre le développement de cette technologie et à démontrer à des clients potentiels son efficacité et ses performances environnementales. Cela semble certainement utile: le fracking est actuellement utilisé dans 160 000 puits partout dans le monde. La perspective d'une technique qui stimule la productivité, évite de polluer des milliards de litres d'eau propre et réduit le risque de séismes dus à l'injection de cette eau polluée dans le sol pourrait bouleverser ce secteur.

Nick Barnet d'Octopus Completions discute de ce potentiel, des résultats de l'étude de faisabilité de la phase 1 et des plans de commercialisation à venir.

En quoi votre technologie est-elle supérieure aux autres?

Nick Barnett: Octopus perce simultanément des centaines de micro-forages secondaires, éliminant le temps perdu dû à la répétition des changements d'outil et aux va-et-vient dans et en dehors du puits. À la fin, le puits principal (puits mère) reste ouvert, ce qui permet d'y accéder facilement pour de futures interventions. On n'utilise pas d'eau ou de matériaux supplémentaires, ce qui élimine presque tout le trafic sur les routes locales ainsi que le risque de secousses sismiques. Cette technologie éloigne également le risque de pollution, et donc une contrainte supplémentaire sur les réseaux routiers, lié au «déplacement» des eaux usées après le fracking.

Quelle est votre opinion sur les efforts consistant à développer un fracking «vert»?

Utilisée depuis 2009, la fracturation sans eau constitue sur le plan technologique une méthode très louable pour stimuler les puits. Mais, 8 ans après son introduction, on considère qu'elle n'a pas toujours fait ses preuves et elle n'a toujours pas fait l'objet d'une adoption significative.

On considère également qu'il s'agit d'une option coûteuse, même si le GPL utilisé (propane ou butane) peut être revendu après la stimulation.

Pouvez-vous expliquer comment fonctionne la technologie Octopus?

De nombreux détails d'Octopus étant commercialement sensibles, je n'en donnerai ici qu'une description très superficielle: les joints d'Octopus sont disposés dans le puits, et le fluide de forage normal est ensuite utilisé pour pressuriser le système complet afin de produire des conditions de forages typiques.

La technique produit des micro-forages secondaires qui partent du puits principal pour former des forages «tributaires». Le forage ne prend que peu de temps, après quoi le puits est dépressurisé et commence à produire. Des modèles aux normes industrielles montrent que le rendement peut être au moins multiplié par trois par rapport à un puits conventionnel.

Comment avez-vous fait pour améliorer cette technologie?

Comme pour la plupart de nos développements techniques, nous avons adopté un processus progressif de transposition à plus grande échelle. Nous avons testé le fonctionnement d'éléments séparés avant de les combiner en atelier pour les essais initiaux du système. Puis nous les avons finalement intégrés pour constituer un système opérationnel de base pour de futurs essais sur le terrain.

Jusqu'à présent, comment ont réagi les clients potentiels?

Nous avons reçu des lettres d'intérêt et le soutien d'un grand nombre de clients potentiels et, même s'il est encore un peu tôt pour choisir notre partenaire commercial, nous souhaitons mettre à profit ces premières réactions pour développer des relations plus substantielles.

Quels sont les principaux enseignements de votre étude de faisabilité?

Nous comprenons maintenant mieux où se situent nos marchés potentiels, que ce soit en fonction de la géographie ou du type de formation et d'exploitation. Le secteur des énergies renouvelables a également exprimé son intérêt pour le potentiel de notre technologie.

Allez-vous déposer une demande de financement de phase 2? Et, si tel est le cas, qu'essaierez-vous de réaliser avec ce soutien supplémentaire?

Nous sommes déjà en train d'élaborer la proposition de phase 2 et nous pensons que ce soutien permettra à notre entreprise de développer efficacement et rapidement une présence à l'international.

OCTOPUS TECHNOLOGY
Financé au titre de H2020-SMEINST
page du projet sur CORDIS

Source: Entretien extrait du magazine research*eu consacré aux résultats, n° 60 p. 5-6

Informations connexes