Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Reconnecter les rivières d'Europe de façon intelligente

La mise en place de barrières sur les rivières d'Europe peut améliorer la pêche, être une source d'énergie et réduire le passage des espèces invasives, mais peut également être un risque d'inondation, interférer avec les modèles de migration et fragmenter les habitats. Quelle est donc la meilleure approche pour reconnecter nos fleuves? Un projet financé par l'UE offre quelques réponses.
Reconnecter les rivières d'Europe de façon intelligente
Les rivières font partie des écosystèmes les plus menacés du monde. Nous en dépendons pour l'hydroélectricité, la production alimentaire et l'eau potable. Mais en 2015 seulement la moitié de l'eau de surface de l'Europe a atteint l'objectif d' «état écologique satisfaisant» défini par la Directive-cadre sur l'eau de l'UE. Le projet AMBER financé par l'UE a présenté les résultats de son étude de cas sur la gestion des barrages du bassin Nalon-Narcea, aux Asturies, en Espagne, et leurs résultats apportent des informations intéressantes sur les éléments naturels et liés aux sciences sociales qui entrent dans la gestion des rivières durable.

Une approche à deux volets

Les chercheurs d'AMBER, basés à l'Université d'Oviedo, ont travaillé avec des parties prenantes locales et les conseils municipaux pour les impliquer dans l'étude: l'engagement public et la connaissance des priorités locales pour les chercheurs, associés à la compréhension des objectifs de la recherche par les habitants, sont la clé d'une gestion des ressources réussie. Afin d'atteindre ces objectifs, l'équipe du projet a formulé et validé un questionnaire, qu'elle est en train de diffuser. Cela portera un nouvel éclairage sur l'opinion des résidents de la région supérieure de Nalon en ce qui concerne les réserves.

Afin d'analyser la biodiversité de l'écosystème de façon non-invasive, les chercheurs ont appliqué des outils moléculaires qu'ils ont développés pour créer un inventaire détaillé sans perturber le biote avec la pêche électrique. L'eDNA (ADN environnemental) des échantillons d'eau a été extrait, donnant une image claire de la biodiversité locale et les macro-invertébrés, poissons et oiseaux devraient être détectables à partir de ces échantillons. L'équipe espère également voir les traces de mammifères fréquentant les cours d'eau.

Le projet a récemment publié un document sur l'identification des salmonidés dans l'eDNA d'échantillons d'eau prélevés dans la rivière Nora, ainsi que d'autres sites cibles des Asturies. «Notre outil offre un aperçu rapide de la communauté des salmonidés sans utiliser de systèmes PCR en temps réel. Dans le cas de l'Espagne, il a permis la détection simultanée de salmonidés exotiques et natifs. En l'état, la méthode est prête à être utilisée dans les eaux espagnoles, mais pourrait facilement être adaptée à d'autres régions en vérifiant toute inter-amplification avec la faune aquatique locale», écrivent les chercheurs.

Barrages - des écosystèmes contestés

La zone étudiée comprend les réservoirs Tanes et Rioseco, qui sont impliqués dans la production d'énergie. L'eau est pompée de Rioseco à Tanes pendant la nuit et sa direction est inversée pendant la journée pour produire de l'énergie. La zone la plus élevée se situe dans la réserve de biosphère de l'UNESCO et le parc naturel de Redes. L'écosystème est dominé par la forêt et les deux réservoirs sont riches en amphibiens. La chaîne trophique de l'écosystème repose sur son groupe varié d'invertébrés aquatiques, notamment des loutres. En deuxième position de la chaîne, figurent deux salmonidés natifs: la truite brune (Salmo trutta) et le saumon atlantique (Salmo salar). Néanmoins, le saumon atlantique ne peut pas atteindre de zones amont en raison de barrages infranchissables, autrement dit seules les populations naturelles de truite brune apparaissent dans la zone de l'étude de cas.

Les barrages sont par nature des écosystèmes artificiels et font rarement l'objet de protection environnementale. Pour cette raison, des espèces exotiques y sont parfois relâchées. Dans le cas de ces réservoirs, l'équipe a découvert des truites arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss) et des poissons-chiens d'Europe (Phoxinus phoxinus) qui ont été introduits dans divers objectifs: la première espèce a été libérée dans les réservoirs pour la pêche sportive, et la seconde comme appât de pêche.

Cette étude de cas alimente l'objectif principal du projet AMBER (Adaptive Management of Barriers in European Rivers), visant à résoudre le problème complexe de la fragmentation des rivières. Les outils développés par le projet peuvent, d'une part, évaluer l'opinion publique concernant les réserves d'eau, les barrages et la gestion des ressources et, d'autre part, identifier les espèces non-invasives là où le besoin se fait sentir. La procédure eDNA pourrait être un moyen utile de détecter des salmonidés dans des endroits où ces espèces sont exotiques et représentent un danger pour la faune locale. Elle permettrait également de détecter les évasions de fermes aquacoles, un problème important pour les populations sauvages locales.

Pour plus d'informations, veuillez consulter:
site web du projet

Source: D'après des informations communiquées par le projet et des communiqués de presse

Informations connexes