Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Les dents des requins apportent des indices sur l'histoire de la mer du Nord

L'analyse des dents de requins fossilisées révèle que la mer du Nord a été isolée du reste de la masse océanique. Sur 2 à 4 millions d'années, la salinité a diminué jusqu'à ce que la mer soit moins salée que beaucoup de lacs, entraînant une diminution très importante de la bio...
Les dents des requins apportent des indices sur l'histoire de la mer du Nord
L'analyse des dents de requins fossilisées révèle que la mer du Nord a été isolée du reste de la masse océanique. Sur 2 à 4 millions d'années, la salinité a diminué jusqu'à ce que la mer soit moins salée que beaucoup de lacs, entraînant une diminution très importante de la biodiversité. L'étude a été réalisée par des scientifiques d'Allemagne, d'Oman et du Royaume-Uni. Ses résultats sont publiés dans la revue Journal of the Geological Society.

Le but de l'étude était de reconstituer le climat de la mer du Nord lors du Paléogène, durant la période s'étendant de 40 à 60 millions d'années en arrière. Juste avant le début du Paléogène, 65% des espèces ont disparu (dont les dinosaures), probablement en raison de l'impact d'une très grosse météorite qui s'est écrasée sur Terre il y a 65 millions d'années. Survenant après cette extinction de masse, le Paléogène se caractérise par une très importante diversification des mammifères.

Le climat de cette ère était relativement chaud, mais même si les scientifiques ont fait de nombreuses découvertes concernant le climat des zones terrestres pendant cette période, les connaissances sont moindres sur les mers épicontinentales comme la mer du Nord.

Pour leur étude, les scientifiques se sont intéressés aux requins. Les dents des requins tombent tout au long de la vie de l'animal, et sont remplacées par d'autres. Aussi constituent-ils des fossiles courants, dont certains remontent à 450 millions d'années en arrière.

Selon l'âge et l'espèce du requin, la durée de croissance d'une dent va de quelques jours à plusieurs mois. Il est intéressant de noter que la composition chimique des nouvelles dents reflète celle des eaux où vit le requin. Ici, les chercheurs se sont intéressés aux isotopes de l'oxygène.

En effet, une mer plus chaude contient davantage d'isotope 18 de l'oxygène (O18) que d'isotope 16 (O16), car celui-ci est plus léger et plus facilement entraîné par l'évaporation. Par conséquent, les requins vivant dans des eaux plus chaudes ont dans leurs dents un taux d'oxygène 18 supérieur aux dents des requins de mers plus froides. Les isotopes de l'oxygène informent également sur la salinité de la mer, qui devient plus salée lorsque davantage d'eau s'évapore.

Lors de cette étude, l'équipe a analysé des dents de requins provenant de sites en Belgique, au Danemark, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Suède, âgées de 65 à 32 millions d'années. Les dents viennent de requins pélagiques et benthiques, pour la plupart du requin tigre qui vit aujourd'hui dans des eaux tropicales à tempérées chaudes.

L'analyse des isotopes de l'oxygène révèle qu'il y a environ 55 millions d'années, le rapport O18/O16 en mer du Nord était bien inférieur à la normale, indice que la salinité de la mer avait considérablement diminué à cette époque.

«Ce phénomène coïncide avec un bref épisode de réchauffement planétaire, appelé le maximum thermique du Paléocène-Éocène (PETM), où les températures ont augmenté d'environ 6°C en 20000 ans.»

Simultanément, le niveau des mers s'est abaissé et un mouvement tectonique a relevé l'Est de l'Écosse de deux à trois kilomètres, créant un pont de terres entre le bassin des îles Féroé-Shetland et Rockall. Ceci a réduit la circulation d'eau entre la mer du Nord et l'Atlantique. L'eau douce continuait cependant d'être déversée par les cours d'eau qui se jetaient dans la mer du Nord, réduisant la salinité de cette mer désormais isolée. Au final, la diversité des espèces locales a considérablement diminué.

Les chercheurs estiment que l'isolement a duré de 2 à 4 millions d'années.

Source: Geological Society of London

Informations connexes

Numéro d'enregistrement: 31164 / Dernière mise à jour le: 2009-08-24
Catégorie: Autre
Fournisseur: ec