Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

L'utilisation d'insecticide menacerait les cours d'eau européens: étude. [Imprimer en PDF] [Imprimer en RTF]

Les changements climatiques et l'utilisation des sols perturbent énormément l'écosystème de notre planète. Aujourd'hui, on s'inquiète de l'avenir des cours d'eau qui, selon des chercheurs allemands, seront pollués par les insecticides à une échelle sans précédent. L'étude, pré...
L'utilisation d'insecticide menacerait les cours d'eau européens: étude.
Les changements climatiques et l'utilisation des sols perturbent énormément l'écosystème de notre planète. Aujourd'hui, on s'inquiète de l'avenir des cours d'eau qui, selon des chercheurs allemands, seront pollués par les insecticides à une échelle sans précédent. L'étude, présentée dans la revue Ecological Applications, explique que l'utilisation d'insecticides dans l'agriculture met sérieusement en danger les cours d'eau en Europe, notamment en Europe centrale et dans les régions nordiques et baltiques. Les chercheurs ont établi un lien entre l'utilisation d'insecticides et la température.

Des scientifiques du Centre Helmholtz pour la recherche sur l'environnement (UFZ) ont comparé la situation de 1990 avec des scénarios de changements dans l'affectation des sols et de prévisions climatiques en 2090. Leurs estimations montrent, par exemple, que les pesticides agricoles auront un impact négatif en Allemagne: de grandes parties du pays appartiendront aux 40% des zones du continent dans lesquelles les cours d'eau n'ont plus d'état écologique durable.

Il est très difficile d'atteindre les objectifs de la directive-cadre sur l'eau de l'UE (Directive 2000/60/CE) visant à sécuriser et maintenir un bon état écologique et chimique pour tous les cours d'eau. Ainsi, l'équipe pense qu'il est important que l'exposition aux pesticides soit fortement réduite. Cela pourrait renforcer cet effort de préservation, mais l'établissement de zones tampons le long des cours d'eau y contribuerait aussi grandement. Ainsi, la quantité de pesticides emportés par les précipitations des champs aux cours d'eau sera moindre. Les chercheurs considèrent ces zones tampons comme des refuges pour les espèces menacées, d'où elles peuvent se recoloniser.

Pour les besoins de l'étude, l'équipe du centre Helmholtz a évalué la quantité de pesticides utilisée, les espèces de plantes cultivées et l'affectation des sols, et ont visualisé les résultats sur des cartes. Ils ont ensuite comparé la situation de référence d'il y a plus de 20 ans à un scénario climatique pour 2090.

«Pour les changements climatiques prévus, nous avons utilisé des valeurs publiées par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) en 2007 dans le cadre du scénario A1B», explique le Dr Matthias Liess de l'UFZ. «Il s'agissait d'un scénario pessimiste, avec une augmentation de la moyenne des températures mondiales de 2,8 degrés Celsius d'ici la fin du XXIe siècle. De nombreux scientifiques pensent que l'augmentation réelle des températures serait plus importante. Si les émissions de CO2 et l'augmentation des températures se révèlent être plus élevées, les risques écologiques pour les cours d'eau seront plus rapides et les taux de pollution attendus seront atteints beaucoup plus tôt que prévu.»

Seuls un petit nombre d'études ont étudié les effets du changement climatique sur les risques écologiques des pesticides pour la vie aquatique sur de grandes échelles spatiales. Les chercheurs ont prévu une multiplication par 23 de l'utilisation d'insecticides en Europe, en fonction du degré de l'augmentation des températures moyennes et des changements de l'affectation des sols.

Il existe bel et bien une association entre l'utilisation des insecticides et les températures. Les changements climatiques déclencheront un bond dans la vitesse de développement des insectes et le taux de survie en hiver. L'équipe estime que les conditions de développement améliorées entraîneront une diffusion rapide des insectes. Ainsi, une région chaude aura tendance à utiliser davantage de pesticides.

«Nous nous sommes concentrés sur les insecticides dans cette étude car les invertébrés sont affectés plus rapidement par ces produits que par d'autres pesticides», explique le Dr Mira Kattwinkel de l'UFZ, auteur principal de l'étude.
Source: Ecological Applications

Informations connexes

Numéro d'enregistrement: 34116 / Dernière mise à jour le: 2011-12-08
Catégorie: miscellaneous
Fournisseur: ec