Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Avoir un enfant à un âge avancé n'est pas synonyme d'une mauvaise santé pour le nourrisson [Imprimer en PDF] [Imprimer en RTF]

Bien que l'on pensait auparavant qu'avoir un enfant à un âge tardif augmenterait les risques de problèmes de santé pour l'enfant, une nouvelle recherche montre que le niveau d'éducation et le nombre d'années de vie après la naissance affectent la croissance de ses enfants, et ...
Avoir un enfant à un âge avancé n'est pas synonyme d'une mauvaise santé pour le nourrisson
Bien que l'on pensait auparavant qu'avoir un enfant à un âge tardif augmenterait les risques de problèmes de santé pour l'enfant, une nouvelle recherche montre que le niveau d'éducation et le nombre d'années de vie après la naissance affectent la croissance de ses enfants, et non l'âge auquel elle donne naissance.

Dans son article publié dans la revue Demography, une équipe de chercheurs allemands remet en question l'idée que les mères donnant naissance à un âge «avancé» ont des enfants plus susceptibles d'être malades à l'âge adulte en raison des effets physiologiques comme la qualité moindre des oocytes ou un placenta affaibli.

L'étude, qui se base sur des données de 18 000 enfants et leurs mères aux États-Unis, était dirigée par le chercheur Mikko Myrskylä de l'Institut Max Planck de recherche démographique à Rostock, en Allemagne. Il a découvert que les enfants nés de mères âgées entre 35 et 44 ans ne sont pas en moins bonne santé que ceux nés de mères âgées entre 25 et 34 ans.

Bien que l'âge tardif de la première grossesse correspond à un risque plus élevé de fausse couche et de conditions comme la trisomie 21, en général, les enfants nés de mères âgées de 24 ou moins ont un risque accru de diagnostic de maladies, meurent plus tôt ou ont une plus petite taille et courent encore plus de risques de devenir obèses à l'âge adulte.

L'étude montre que plus l'âge de la première grossesse est tôt, plus les enfants courent le risque de souffrir de diverses maladies à l'âge adulte. Les enfants nés de mères âgées en 20 et 24 ans souffrent de 5% de plus de maladies que ceux nés de mères âgées entre 25 et 34 ans, et pour ceux nés de mères âgées de 14 à 19 ans, ce chiffre monte à 15%.

Selon les commentaires de Mikko Myrskykä, «Les données [suggèrent] que ce qui, à première [vue], semble être l'effet négatif de l'âge de la mère à la première grossesse est une illusion découlant du niveau d'éducation de la mère et de l'âge auquel l'enfant perd sa mère.»

La relation entre l'âge maternel et le niveau d'éducation s'est inversée au cours du temps. Au début du XXème siècle, les parents avec un niveau d'éducation plus faible faisaient des enfants plus tard, tandis que les parents avec un niveau d'éducation plus élevé avaient moins d'enfants à un âge avancé. Aujourd'hui, lorsque le niveau d'éducation d'une femme est élevé, elle aura tendance à avoir des enfants à un âge plus tardif.

Cette étude permettra d'atténuer les craintes de santé pour une génération qui choisit d'avoir des enfants à un âge plus mûr.
Source: Société Max Planck

Informations connexes

Pays

  • Allemagne
Numéro d'enregistrement: 35004 / Dernière mise à jour le: 2012-09-10
Catégorie: miscellaneous
Fournisseur: ec