Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Mesurer le taux de glycémie sans aiguilles: des chercheurs développent une nouvelle approche innovante [Imprimer en PDF] [Imprimer en RTF]

Pour les diabétiques, les piqûres quotidiennes sur le bout des doigts font partie de la routine; mais aujourd'hui, un biocapteur de taille nanométrique permettant de mesurer les taux de glycémie à partir du liquide lacrymal pourrait bientôt les libérer de la douleur des piqûre...
Mesurer le taux de glycémie sans aiguilles: des chercheurs développent une nouvelle approche innovante
Pour les diabétiques, les piqûres quotidiennes sur le bout des doigts font partie de la routine; mais aujourd'hui, un biocapteur de taille nanométrique permettant de mesurer les taux de glycémie à partir du liquide lacrymal pourrait bientôt les libérer de la douleur des piqûres.

À l'heure actuelle, les patients atteints de diabète de type 1 doivent déposer une gouttelette de sang sur une bande-éprouvette ; c'est la seule façon pour eux de connaître leur taux de glycémie afin de s'injecter la dose correcte d'insuline nécessaire. Cette pratique désagréable, douloureuse et contraignante doit être répétée plusieurs fois par jour, et les piqûres provoquent malheureusement aussi une inflammation ou une kératinisation de la peau.

Cette nouvelle approche non invasive, mise au point par une équipe de chercheurs allemands de la Fraunhofer-Gesellschaft à Munich, contient une minuscule puce qui associe les mesures à l'analyse numérique. Les informations collectées sur cette puce sont ensuite envoyées par radio à un dispositif mobile qui permet aux patients de garder un oeil sur leur taux de glycémie.

Ce nouveau système de diagnostic allemand pourrait-il mettre au placard les piqûres et aboutir à une utilisation généralisée des dispositifs de mesure à distance?

Ce nouveau biocapteur, qui doit être placé sur le corps du patient, permet de mesurer les taux de glycémie continuellement à l'aide d'un liquide tissulaire autre que le sang, par exemple la sueur ou les larmes.

Le principe de mesure implique une réaction électrochimique qui est activée à l'aide d'une enzyme. La glucose oxydase convertit le glucose en peroxyde d'hydrogène (H2O2) et d'autres substances chimiques dont la concentration peut être mesurée à l'aide d'un potentiostat. Cette mesure permet de calculer les taux de glycémie.

Tom Zimmermann, du Fraunhofer-Gesellschaft, explique: «[La puce] possède même un convertisseur analogue numérique intégré qui convertit les signaux électrochimiques en données numériques. Jusqu'ici, nous utilisions un circuit de la taille d'une demi-feuille de papier, et il nous fallait aussi un conducteur. Avec notre nouveau capteur, ce n'est plus nécessaire.»

Ce capteur consomme également beaucoup moins d'énergie que les modèles antérieurs de tels systèmes; il nous fallait jusqu'à présent 500 microampères à 5 volts; aujourd'hui, il nous faut moins de 100 microampères, ce qui signifie que le système est bien plus durable et permet aux patients de porter ce capteur pendant des semaines, voire des mois.
Source: Fraunhofer-Gesellschaft

Informations connexes

Pays

  • Allemagne
Numéro d'enregistrement: 35012 / Dernière mise à jour le: 2012-09-12
Catégorie: miscellaneous
Fournisseur: ec