Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

L'huile de coco pour combattre les caries dentaires [Imprimer en PDF] [Imprimer en RTF]

La carie dentaire est une infection qui provoque la rupture et in fine la destruction de la matière organique de la dent, et il s'agit d'une des maladies les plus courantes du monde. Une nouvelle recherche de l'institut de technologie Athlone en Irlande montre que l'huile de c...
L'huile de coco pour combattre les caries dentaires
La carie dentaire est une infection qui provoque la rupture et in fine la destruction de la matière organique de la dent, et il s'agit d'une des maladies les plus courantes du monde. Une nouvelle recherche de l'institut de technologie Athlone en Irlande montre que l'huile de coco, un antibiotique naturel, est capable d'attaquer les bactéries qui provoquent la carie dentaire. Les résultats ont récemment été présentés lors de la conférence d'automne de la Société pour la microbiologie générale à l'université de Warwick au Royaume-Uni de 2012.

L'équipe de recherche a mis à essai l'action antibactérienne de l'huile de coco à deux états, à savoir, à son état naturel, et à un second état dans lequel l'huile de coco avait été traitée avec des enzymes afin de simuler un processus similaire à la digestion. Les huiles ont par la suite été testées contre les souches des bactéries Streptococcus, que l'on retrouve couramment dans la bouche. Ils ont découvert que l'huile de coco traitée par enzymes inhibait la croissance de la plupart des souches des bactéries Streptococcus dont Streptococcus mutans - une bactérie productrice d'acide, l'agent primaire provoquant la formation de caries dentaires chez les humains.

Ce n'est pas la première étude qui montre que les aliments partiellement digérés demeurent actifs contre les microorganismes. Des travaux antérieurs sur le lait traité par enzymes ont montré que l'on pouvait réduire la liaison de Streptococcus mutans à l'email des dents, ce qui a conduit le groupe à se pencher sur l'effet d'autres aliments traités par enzymes sur les bactéries.

«Les caries dentaires représentent un problème de santé souvent négligé touchant 60-90% des enfants et la majorité des adultes dans les pays industrialisés», affirmait le Dr Damien Brady, à la tête de la recherche. «Incorporer l'huile de coco traitée par enzymes dans les produits d'hygiène dentaire serait une alternative attirante comparée aux additifs chimiques, notamment du fait qu'elle fonctionne à des concentrations relativement faibles. Par ailleurs, avec la résistance antibiotique croissante, il est important que nous nous tournions vers de nouveaux moyens de combattre l'infection microbienne.»

Cette étude, toutefois, n'est que le premier pas. Le groupe de recherche approfondira son étude en examinant comment l'huile de coco interagit avec les bactéries Streptococcus au niveau moléculaire et découvrira les autres souches de bactéries et levures nuisibles actives contre ces bactéries. Des tests approfondis effectués par le groupe à l'institut de technologie Athlone ont montré que l'huile de coco traitée par enzymes était également nuisible à la levure Candida albicans qui peut provoquer le muguet.

Les travaux contribuent également à notre compréhension de l'activité antibactérienne dans l'intestin humain. «Nos données suggèrent que les produits de digestion humaine présentent une activité microbienne. Cela pourrait avoir des implications sur la façon dont les bactéries colonisent les cellules intestinales et influence la santé intestinale», expliquait le Dr Brady. «Notre recherche a montré que la protéine du lait digéré n'a pas seulement réduit l'adhérence des bactéries nocives sur les cellules intestinales mais a également empêché certaines d'entres elles de pénétrer la cellule. Nous nous penchons actuellement sur l'huile de coco et les autres aliments traités par enzymes afin d'identifier comment elles interfèrent avec la façon dont les bactéries provoquent des maladies», déclarait-il.

Pour l'instant, les chercheurs suggèrent que l'huile de coco traitée par enzyme a le potentiel d'antimicrobien commercialisable qui pourrait être d'un intérêt particulier pour l'industrie des soins de santé bucco-dentaires.

Leurs résultats ont été présentés lors de la conférence d'automne 2012 à la société pour la microbiologie générale, organisée du 3 au 5 septembre à l'université de Warwick.

La Société pour la microbiologie générale (SGM) est une organisation membre pour les scientifiques qui travaillent dans tous les domaines de la microbiologie. Il s'agit de la société microbiologique la plus grande en Europe avec une appartenance mondiale basée dans les universités, industries, hôpitaux, instituts de recherche et écoles.
Source: Université de Warwick

Informations connexes

Numéro d'enregistrement: 35054 / Dernière mise à jour le: 2012-09-24
Catégorie: miscellaneous
Fournisseur: ec