Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des chercheurs montrent l'impact d'une mauvaise alimentation de la mère sur le nouveau-né [Imprimer en PDF] [Imprimer en RTF]

Pouvons-nous déterminer le risque de maladie cardiaque et du diabète plus tard dans la vie? Une équipe britannique de chercheurs a lancé une étude pour étudier si la petite taille des vaisseaux sanguins permettrait d'identifier le risque de maladies cardiaques ou de diabète. U...
Des chercheurs montrent l'impact d'une mauvaise alimentation de la mère sur le nouveau-né
Pouvons-nous déterminer le risque de maladie cardiaque et du diabète plus tard dans la vie? Une équipe britannique de chercheurs a lancé une étude pour étudier si la petite taille des vaisseaux sanguins permettrait d'identifier le risque de maladies cardiaques ou de diabète. Une bonne alimentation pendant la grossesse affecte positivement la santé du nouveau-né. La consommation d'aliments gras au cours de la grossesse, par exemple, a le potentiel d'affecter le nouveau-né à l'âge adulte.

Des études antérieures se sont concentrées sur l'impact de l'alimentation de la mère sur le fonctionnement des vaisseaux sanguins de grande taille chez le nouveau-né. Mais des chercheurs de l'université de Southampton et du King's College London, sous la direction du professeur Geraldine Clough de Southampton, examinent actuellement comment une alimentation grasse au cours de la grossesse influence la taille du réseau de petits vaisseaux sanguins, appelé la microcirculation. Dans cette étude, les chercheurs mettront en lumière si les petits vaisseaux sont affectés par la mauvaise alimentation de la mère pendant la grossesse.

«Ces petits vaisseaux sanguins, 10 fois plus fins qu'un cheveu humain, apportent les nutriments et l'oxygène aux organes vitaux comme le coeur, le cerveau et les muscles», commente le professeur Clough. «Ils sont altérés par les maladies adultes comme l'obésité et le diabète mais on ignore comment ils sont affectés par l'alimentation maternelle. Ainsi, nos travaux apportent un supplément d'informations sur la manière dont une mauvaise alimentation au cours de la grossesse peut augmenter le risque de maladie à l'âge adulte chez le nouveau-né.

Deuxièmement, étant donné que cette microcirculation peut aisément être mesurée (de manière non invasive) chez l'homme, notre étude nous informera sur la manière dont nous pouvons utiliser ces mesures pour améliorer nos conseils et recommandations aux enfants, mères et femmes en âge de procréation.»

Le Dr Shannon Amoils, conseillère en recherche à la British Heart Foundation, l'organisation qui finance l'étude, commente les résultats de l'étude, soutenue à hauteur de 125 000 euros: «Le projet nous aidera à mieux comprendre l'impact de l'alimentation de la mère au cours de la grossesse sur le nouveau-né. Nous savons que si une mère mange sainement durant la grossesse, les avantages pour l'enfant perdurent pendant l'enfance et l'âge adulte. Cette recherche chez la souris tente de comprendre comment le fonctionnement de la microcirculation peut être affecté par la mauvaise alimentation maternelle. Cela pourrait nous aider à expliquer comment une mauvaise alimentation pendant la grossesse renforce le risque de maladies métaboliques et cardiovasculaires, comme l'hypertension et le diabète, chez l'enfant à l'âge adulte.»
Source: Université de Southampton

Informations connexes

Numéro d'enregistrement: 35074 / Dernière mise à jour le: 2012-09-28
Catégorie: miscellaneous
Fournisseur: ec