Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Découvertes importantes de la plus grande étude sur le trouble affectif bipolaire [Imprimer en PDF] [Imprimer en RTF]

L'une des plus grandes études de réplication génétique sur le trouble affectif bipolaire a mené à une découverte importante. Elle a constaté que le chromosome du locus 3p21.1 contient un risque génétique commun pour le trouble bipolaire, à savoir le gène PBRM1. Cela signifie q...
Découvertes importantes de la plus grande étude sur le trouble affectif bipolaire
L'une des plus grandes études de réplication génétique sur le trouble affectif bipolaire a mené à une découverte importante. Elle a constaté que le chromosome du locus 3p21.1 contient un risque génétique commun pour le trouble bipolaire, à savoir le gène PBRM1. Cela signifie qu'à partir d'un ensemble de données distinctes de plus de 34 000 sujets, il n'y aurait aucun lien de la même variante avec la schizophrénie.

Les scientifiques de l'institut de psychiatrie du King's College London ont réalisé une étude portant sur plus de 28 000 sujets recrutés par 36 centres de recherches et ont répliqué l'association du marqueur avec le trouble bipolaire, mais pas avec la schizophrénie. Cette nouvelle recherche vient contredire la majorité des études qui avaient découvert que les gènes de risque de schizophrénie contribuent au risque du trouble bipolaire. Pourtant, cette constatation fait la différence entre le risque héréditaire pour le trouble bipolaire et la schizophrénie.

L'un des plus grands défis de génétique psychiatrique a consisté à répliquer les résultats d'études de grande envergure pour «que cette étude apporte un supplément aux progrès rapides et récents d'identification des gènes pour les maladies mentales», commente l'auteur principal, le Dr Evangelos Vassos. Il ajoute: «Ces dernières années, nous avons identifié une vingtaine de locus génétiques pour les troubles bipolaire et la schizophrénie. La moitié de ces locus sont partagés entre ces deux troubles, indiquant qu'ils partagent quelques causes génétiques, mais pas toutes.»

On estime que plus de 30 millions de personnes du monde entier sont affectés par un trouble bipolaire (ou maladie maniaco-dépressive), qui provoque des changements d'humeur et d'énergie, des taux d'activités inhabituels et qui perturbe la capacité à mener des tâches quotidiennes. La maladie fait partie des 20 causes de handicap, et est diagnostiquée chez 2% d'Européens à un moment de leur vie.

Ce trouble affectait les adultes de 40 à 50 ans en moyenne il y a 25 ans; aujourd'hui, l'âge moyen d'une personne souffrant d'un trouble bipolaire est de 18 à 22 ans. Le trouble bipolaire est difficile à diagnostiquer et à traiter. Des études montrent que la moitié de la population souffrant d'un trouble bipolaire a déjà tenté de se suicider.

Les causes exactes du trouble sont inconnues, mais on pense que plusieurs éléments peuvent déclencher un épisode. Un stress extrême, des problèmes insurmontables et des évènements perturbateurs semblent y contribuer, en plus de facteurs génétiques et chimiques. Mais le trouble bipolaire peut être traité à l'aide de régulateurs d'humeur, qui permettent de s'assurer que les personnes touchées contrôlent mieux leurs changements d'humeur et reprennent les rênes de leur vie.

La constatation de cette étude scientifique est importante pour les personnes atteintes, mais en raison des résultats conflictuels, il est nécessaire de mener des études supplémentaires pour déterminer le rôle du locus dans la psychose. Les chercheurs sont confiants du bien-fondé des preuves indiquant que ce locus serait associé au trouble bipolaire.

«Il existe un intérêt croissant dans les mécanismes épigénétiques qui pourraient contribuer au développement d'un trouble bipolaire. L'implication d'un gène apparaissant dans la remodélisation de la chromatine pour le risque de trouble bipolaire vient confirmer cette affirmation», commente le Dr John Krystal, éditeur de la revue Biological Psychiatry.

Le Dr Vassos conclut: «De futures études permettront d'utiliser ces informations pour développer de nouveaux traitements de ces troubles.»
Source: Elsevier; Bipolar Aware; Lundbeck

Informations connexes

Pays

  • 271485480
Numéro d'enregistrement: 35143 / Dernière mise à jour le: 2012-10-17
Catégorie: miscellaneous
Fournisseur: ec