Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Un pas de plus vers la politique numérique de l'UE et une économie de 30 milliards d'euros [Imprimer en PDF] [Imprimer en RTF]

La politique numérique de l'Europe (Digital Agenda for Europe, DAE) s'est encore rapprochée de son objectif qui est de s'assurer que tous les habitants de l'UE pourront surfer sur Internet sans difficulté pour l'année prochaine.

Le DAE comprend 101 actions qui, associées, vi...
Un pas de plus vers la politique numérique de l'UE et une économie de 30 milliards d'euros
La politique numérique de l'Europe (Digital Agenda for Europe, DAE) s'est encore rapprochée de son objectif qui est de s'assurer que tous les habitants de l'UE pourront surfer sur Internet sans difficulté pour l'année prochaine.

Le DAE comprend 101 actions qui, associées, visent à relancer l'économie européenne et à aider ses citoyens et ses entreprises à retirer le maximum des technologies numériques. Le futur de l'économie est de plus en plus numérique, et la plupart des professions ont désormais besoin d'être familiarisé avec les ordinateurs et avec Internet. On estime que 90% des emplois exigeront une certaine notion de la culture numérique et d'Internet.

Les actions proposées par l'UE ont déjà bénéficié de développements notables. L'an dernier, 15 millions d'Européens se sont connectés pour la première fois, et 68% sont désormais régulièrement en ligne, dont 170 millions sur les réseaux sociaux. L'accès haut débit est disponible quasiment partout en Europe, et 95% des Européens ont un accès haut débit par ligne fixe. Par ailleurs, les particuliers et les entreprises semblent apprécier la souplesse de l'accès mobile à Internet, on compte ainsi 217 millions d'abonnés haut débit mobile.

Pour la première fois, une majorité d'Européens à faible revenu peut aller en ligne, mais un Européen sur quatre n'a jamais utilisé Internet. C'est dans ce but que le prochain objectif est de s'assurer que la totalité de l'UE sera couverte par le haut débit en 2013. On espère que d'ici 2015, la moitié de la population fera des achats en ligne, et que l'utilisation régulière d'Internet passera de 60 à 75%, et de 41 à 60% pour les personnes défavorisées.

Le professeur Björn Ottersten, directeur du Centre for Security, Reliability and Trust (SnT) de l'université du Luxembourg a été mis à contribution pour atteindre ce but et proposer des avis sur la façon de promouvoir cette société numérique en Europe. Il vient d'être nommé «Champion numérique du Luxembourg» par François Biltgen, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche du Luxembourg. Le professeur Ottersten sera donc conseiller de Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne, en matière de numérique.

Tous les États membres de l'UE ont été appelés à désigner leur champion du numérique. En sa qualité d'expert renommé dans le domaine des technologies de l'information et de la communication (TIC), ce champion est chargé d'élaborer et de mettre en oeuvre des stratégies de promotion du numérique dans son pays. Les objectifs sont de permettre à chaque citoyen de l'UE d'accéder à Internet et de développer ses compétences numériques, et de promouvoir la sécurité des TIC, leur fiabilité et la confiance qu'elles inspirent, ce qui pourrait économiser 30 milliards d'euros par an.

La commissaire Neelie Kroes s'exprimait récemment sur son blog:
«Si nous parvenons à faire adopter le numérique par l'ensemble des Européens, nous découvrirons bientôt que cet investissement porte réellement ses fruits. Premièrement, parce que le fait de pouvoir être en contact avec tout un chacun via Internet permettra aux autorités officielles d'atteindre les citoyens de façon plus simple et plus avantageuse,
et les économies que permettrait à l'administration électronique pourraient s'élever à la somme prodigieuse de 30 milliards d'euros par an au total pour l'UE. Deuxièmement, parce que dans quelques années à peine, presque toutes les sociétés, des petites start-up aux grandes multinationales, étudieront l'étendue des compétences numériques au niveau régional avant de décider où s'implanter.»

La Commission présentera avant la fin 2012 un bilan à mi-parcours du DAE.
Source: Université du Luxembourg

Informations connexes

Numéro d'enregistrement: 35230 / Dernière mise à jour le: 2012-11-12
Catégorie: miscellaneous
Fournisseur: ec