Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Développer des cosmétiques naturels grâce aux enzymes

Un projet financé par l'UE de 7 millions d'euros a été lancé avec l'intention de remplacer les techniques de production chimique des cosmétiques avec des solutions plus écologiques. Ce faisant, le projet OPTIBIOCAT espère fournir au secteur des cosmétiques naturels l'améliorat...
Développer des cosmétiques naturels grâce aux enzymes
Un projet financé par l'UE de 7 millions d'euros a été lancé avec l'intention de remplacer les techniques de production chimique des cosmétiques avec des solutions plus écologiques. Ce faisant, le projet OPTIBIOCAT espère fournir au secteur des cosmétiques naturels l'amélioration technique nécessaire pour satisfaire la demande des consommateurs pour des produits naturels et écologiques.

Le marché européen des cosmétiques naturels a connu une croissance exponentielle ces dernières années, notamment suite à la demande des consommateurs pour des ingrédients organiques et une plus grande attention au besoin d'éviter les substances dangereuses comme le parabène. Ainsi, les pharmacies, les supermarchés et même les magasins de vente au rabais ont introduit leurs propres produits cosmétiques naturels, faisant ainsi de ce petit créneau un marché généralisé.

Selon les analystes, la demande globale pour les cosmétiques naturels dépassait les 5,8 milliards d'euros en 2012 et devrait atteindre 10,1 milliards d'euros d'ici 2018.

Mais malgré cela, la totalité des ventes de cosmétiques naturels par rapport aux ventes générales de cosmétiques en Europe restent très faibles. L'une des raisons qui expliquerait cette situation est l'absence de normes harmonisées, ce qui signifie que les produits légaux sont en compétition contre les cosmétiques traditionnels qui peuvent toujours porter la mention «naturel» simplement parce qu'ils contiennent quelques ingrédients naturels. Une seconde raison serait le manque de solutions de remplacement aux techniques de production chimique. C'est ici qu'intervient le projet OPTIBIOCAT, financé par l'UE.

S'appuyant sur un consortium varié de 16 partenaires provenant de huit pays européens, OPTIBIOCAT, qui a démarré en 2013 et sera en fonctionnement jusqu'en 2017, équipera les entreprises avec les connaissances et l'expertise pour introduire des processus écologiques et utiliser des ingrédients naturels innovants. Cela fonctionnera principalement par l'utilisation d'enzymes, des catalyseurs cellulaires qui contrôlent des réactions qui ont lieu dans les cellules et renforcent la vitesse à laquelle les réactions ont lieu, dans des substances chimiques traditionnelles.

Ces biocatalyseurs requièrent moins d'étapes de production et peuvent fonctionner à des températures basses, en réduisant ainsi les prescriptions énergétiques et les effets secondaires comme l'odeur. De plus, les enzymes sont spécifiques au type de réaction qu'elles catalysent, ainsi il n'y a pas de produits dérivés ou de déchets.

De manière intéressante, un domaine où l'application des enzymes a un potentiel important en tant qu'ingrédient est les produits de protection de la peau. Les enzymes ont été identifiées comme ayant la capacité de capter des radicaux libres, protégeant les dégâts à la peau provoquées par la pollution environnementale, la fumée, les rayons UV et d'autres facteurs dangereux.

Le projet testera des enzymes pour voir s'ils ont des utilisations potentielles dans d'autres secteurs industriels comme l'industrie des ingrédients alimentaires. Certaines enzymes peuvent être utilisées pour produire des antioxydants alimentaires, et peuvent également avoir des applications dans le développement de médicaments contre le cancer. Dans l'étape de développement final du projet, le potentiel d'échelonnabilité et d'optimisation du processus de fermentation pour la production des enzymes sera examiné, alors que l'allergénicité et l'innocuité des nouveaux composants seront examinées.

À la fin du projet, un portefeuille de nouveaux composants catalyseurs innovants sera développé, qui contiendra 50 estérases fongiques et 500 estérases bactériennes (un type spécial d'enzymes), transposant ainsi la production environnementalement responsable d'ingrédients cosmétiques naturels dans la production traditionnelle. Les bénéfices industriels potentiels de ce projet sont vastes.

Source: OPTIBIOCAT

Informations connexes

Numéro d'enregistrement: 36660 / Dernière mise à jour le: 2014-07-22
Catégorie: Autre
Fournisseur: ec