Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Programme-cadre

FP2-FRAMEWORK 2C

Programme de suivi

FP3-DELTA 2

Financement du programme

EUR 20 million

Référence du Journal Officiel

L 206 de 1988-07-30

Référence légale

88/417/CEE de 1988-06-29
Stimuler la R&D en matière de technologies nouvelles, notamment les technologies de l'information et les télécommunications (TI&T), en soutien à l'enseignement avancé à distance, en particulier l'enseignement non dispensé en salle de classe.

Résumé

Faisant partie intégrante du programme-cadre de recherche et de développement technologique (1987-1991), sous-activité 2.3.: "Services nouveaux d'intérêt commun (y compris les transports)", ce premier programme DELTA était fondé sur les considérations suivantes:
- la contribution potentielle des progrès des TI&T (y compris l'informatique individuelle, la radiodiffusion par satellite, la vidéo, les télécommunications et l'intelligence artificielle) à l'éducation et à la formation
- la possibilité de développer, au travers de la coopération entre les scientifiques du domaine des TI&T et les professions de la formation, des produits de pointe commercialisables sur les marchés mondiaux
- le développement des débouchés pour le secteur des TI&T de la Communauté
- les économies d'échelle en raison de la large mesure dans laquelle les exigences de base en matière d'apprentissage sont communes à tous les Etats membres.

En tant qu'action exploratoire à court terme (2 ans), DELTA s'est concentrée sur l'amélioration de l'environnement des TI&T pour le développement de matériels pédagogiques et leur transfert du créateur à l'utilisateur final.

Sous-division

Cinq activités:

- Recherche sur les systèmes d'apprentissage:
développement d'un modèle de référence de système d'apprentissage (LSRM) pour aider à la planification et à la conception, mais aussi pour faciliter la gestion du système. La construction de ce modèle implique l'identification des principaux composants du système d'apprentissage

- Développement en collaboration de technologies éducatives avancées:
en collaboration avec l'industrie des TI&T de la Communauté (y compris les éditeurs et les universités), conception progressive de systèmes et de matériel pour soutenir l'apprentissage multimédia au niveau communautaire

- Essais et validation:
intégration des communications, essais et validation. Cette activité vise également à préparer l'introduction d'une installation ouverte par satellite à ressources partagées pour les essais (SOFT)

- Normalisation et protocoles pour l'interconnexion des systèmes ouverts (OSI):
les équipements et les systèmes d'apprentissage doivent fonctionner en interconnectivité. Un nouveau groupe d'utilisateurs de normes sera donc mis en place pour identifier les normes et apporter un soutien organisationnel à la normalisation dans le domaine de l'apprentissage

Etude des facteurs connexes:
création des conditions favorables à l'application des technologies éducatives avancées. Ces conditions recouvrent le traitement fiscal, les dispositions réglementaires, la politique en matière de télécommunications ainsi que les droits d'auteur.

Mise en œuvre

La mise en oeuvre a été surveillée par la Commission assistée par un comité composé de deux représentants de chaque Etat membre et présidé par le représentant de la Commission. Un projet de plan de travail définissant les objectifs détaillés et les types de projets et activités à entreprendre et présentant les plans financiers correspondants a été établi par la Commission.

Les propositions de projets ont, en règle générale, été soumises en réponse à un appel d'offres ouvert. Chaque projet a impliqué au moins deux partenaires indépendants issus d'au moins deux Etats membres. Un partenaire au moins était une entreprise industrielle et au moins un autre représentait les formateurs ou les apprenants. Les projets pouvaient comprendre des organisations et des entreprises des pays tiers européens avec lesquels des accords-cadres de coopération scientifique et technique ont été conclus.

Les projets ont pris la forme de contrats à frais partagés. Le financement communautaire a couvert jusqu'à 50 % des dépenses totales ou, lorsque des universités et des instituts de recherche étaient concernés, jusqu'à 100 % des coûts marginaux.

La Commission, après consultation du Comité DELTA, a défini les procédures (y compris les règles de confidentialité) pour l'échange d'informations entre les Etats membres, la Commission et les fournisseurs.

Un rapport sur les résultats obtenus durant les 12 premiers mois de la mise en oeuvre du programme a été présenté par la Commission au Parlement européen et au Conseil. Un rapport final a été soumis à ces mêmes organes à la fin du programme.