Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Programme-cadre

FP1-FRAMEWORK 1C

Programme de suivi

FP2-BRITE/EURAM 1

Financement du programme

EUR 30 million

Référence du Journal Officiel

L 159 de 1986-06-14

Référence légale

86/235/CEE de 1986-06-10
Constituer la base d'une politique communautaire destinée à soutenir la recherche et le développement dans le secteur des matériaux avancés et à coordonner les programmes nationaux.

Résumé

S'intégrant au premier Programme-cadre (1984-1987) sous l'activité 3: "Amélioration de la gestion des matières premières", EURAM a suivi un programme similaire concernant les matériaux de substitution, entrepris pendant la période 1982-1985, ainsi que d'autres actions plus spécifiques, notamment l'action européenne concertée sur les aimants (CEAM) qui faisait partie du programme STIMULATION. Le programme BRITE (1985-1988) contenait également une composante importante liée à la recherche sur les matériaux.

Ce premier programme EURAM a été mis en oeuvre en tant que sous-programme du programme de recherche 1986-1989 relatif aux matériaux. Les autres sous-programmes couvraient les matières premières primaires (minéraux), les matières premières secondaires et le bois (y compris le liège) en tant que matière première renouvelable. Par la suite, EURAM a été intégré à BRITE dans le cadre de BRITE/EURAM I (1989-1992).

Le programme était fondé sur les familles de nouveaux matériaux, en général au stade de développement initial et ayant, dans la plupart des cas, un marché limité dans les années à venir. Une très petite partie de ce programme était consacrée à la valorisation des matériaux traditionnels. Etant donné le fait que les matériaux destinés au secteur électronique étaient couverts par ESPRIT, les matériaux ferreux par la CECA, et les super-alliages par les programmes COST 50, 501 et 505, seulement deux grandes familles de matériaux ne figuraient pas dans EURAM: les polymères et les élastomères. Etaient également absents: les céramiques supra-conductrices, un domaine qui n'existait pas encore à l'époque où l'on avait élaboré le programme.

Sous-division

Trois principaux domaines de recherche:

- Matériaux métalliques:
. Alliages à base d'aluminium léger
. Alliages à base de magnésium léger
. Alliages à base de titane léger
. Matériaux pour l'électronique et les contacts électriques
. Matériaux magnétiques haute performance
. Matériaux pour les revêtements de surface pour les machines-outils et les équipements de coupe
. Moulages à parois minces

- Céramiques techniques:
. Optimisation des céramiques techniques
. Etude de l'interface métal/céramique: les cermets
. Composites céramiques avec fibres et pointes de contact
. Comportement à haute température des céramiques techniques

- Matériaux composites:
. Composites à matrice organique
. Composites à matrice métallique
. Composites à matrice céramique
. Autres matériaux avancés spécifiques.

Mise en œuvre

La Commission, assistée du Comité consultatif de coordination et de gestion (CGC) des matières premières et autres matériaux, était chargée de la mise en oeuvre du programme par le biais de travaux de recherche sous contrat à frais partagés et par des activités de coordination et de formation.

En ce qui concerne l'objectif de la recherche effectuée (à savoir, constituer la base d'une politique communautaire destinée à soutenir la R&D dans le secteur des matériaux avancés et à coordonner les programmes nationaux), la Commission a été appelée à entreprendre, tous les deux ans:
- une évaluation de la capacité européenne de R&D dans le secteur des matériaux avancés, par région, par Etat-membre et au sein de la Communauté en général, en faisant des comparaisons avec les aptitudes technologiques du Japon et des Etats-Unis
- une analyse, et un estimatif, sur le moyen terme des exigences nécessaires dans les divers secteurs de l'industrie européenne par rapport, éventuellement, à d'autres programmes communautaires relatifs aux matériaux.

La Commission était autorisée à négocier des accords avec des pays tiers, en particulier ceux participant à l'action COST (coopération européenne dans le domaine de la recherche scientifique et technique), dans le but de les associer intégralement ou partiellement au programme.

Une évaluation initiale du programme (les travaux de recherche venaient tout juste de démarrer et, dans certains cas, les contrats n'avaient pas encore été signés) a été réalisée par un groupe d'experts externes indépendants, et publiée par la Commission en novembre 1988.