Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Référence du Journal Officiel

L 331 de 1984-12-19

Référence légale

84/636/EEC de 1984-12-13
Offrir aux jeunes travailleurs davantage de chances pour élargir, dans un Etat membre autre que celui de leur résidence, leur formation professionnelle et leurs connaissances culturelles, linguistiques et humaines.

Résumé

Développé parallèlement aux mesures visant à promouvoir l'emploi des jeunes, ce troisième programme pour l'échange des jeunes travailleurs a été élargi afin de permettre la participation de jeunes à la recherche d'un emploi.

Par "échanges de jeunes travailleurs", on entend des opérations qui tendent à organiser des stages pour de jeunes travailleurs dans un Etat membre autre que celui de leur résidence, et qui visent à développer leurs connaissances professionnelles et à enrichir leur expérience pratique, à favoriser leur prise de conscience des problèmes du monde du travail, à les mettre en contact avec les milieux professionnels du pays d'accueil, à améliorer leurs connaissances des conditions de vie et des relations sociales dans le pays d'accueil, et à favoriser une information adéquate sur les objectifs et le fonctionnement de la Communauté européenne.

En réponse à la demande du Conseil (en date du 14 décembre 1989) pour l'instauration de mesures destinées à adapter et à renforcer les programmes communautaires existants en matière d'éducation technique et professionnelle et de formation professionnelle initiale, et à la lumière de son Mémorandum portant sur la rationalisation et la coordination de ses programmes de formation professionnelle, la Commission a proposé de consolider et d'élargir le programme PETRA 1988-1992 dans le but d'intégrer les occasions d'échanges de jeunes travailleurs dans le cadre beaucoup plus large de l'action menée par la Communauté dans le domaine de la formation professionnelle initiale, plutôt que de continuer à les proposer sous la forme d'une activité séparée ("Proposition pour une décision du Conseil concernant un programme d'action pour la qualification professionnelle des jeunes et leur préparation à la vie adulte et à la vie professionnelle", COM(90) 467 version finale)

Sous-division

Information non disponible

Mise en œuvre

La Commission, assistée du Bureau d'échange des jeunes de la Communauté européenne (ECYEB) et des coordinateurs nationaux, est chargée de la mise en oeuvre du programme commun. Elle consulte les Etats membres concernés avant d'approuver les projets d'échange. Les Etats membres accordent leur soutien à la mise en oeuvre des échanges dans le cadre de leur législation et de leurs pratiques existantes.

L'organisation et la mise en oeuvre des projets d'échange sont assurées par des instances ou des groupes, notamment les organisations de jeunesse, qui ont été agréés par la Commission, avec le concours des Etats membres, sur la base de leur aptitude à exécuter efficacement de tels projets à l'échelle européen. Les obligations et les responsabilités en matière de financement incombant à ces instances, ainsi que les modalités de la mise en oeuvre des échanges, sont définies dans le cadre de contrats individuels. Les projets doivent faire intervenir au moins dix participants.

Peuvent être admis aux échanges, les jeunes travailleurs ressortissants d'un Etat membre qui sont d'un âge compris entre 18 et 28 ans, et on un emploi ou sont disponibles sur le marché du travail selon la législation et les pratiques nationales, et qui possèdent une formation professionnelle de base ou une expérience professionnelle pratique. Les jeunes travailleurs qui ne répondent pas aux conditions prévues, mais pour lesquels les échanges présentent un intérêt particulier, peuvent, à titre exceptionnel, participer aux échanges.

Les stages peuvent être de longue ou de courte durée. Par "stages de longue durée", on entend les stages à dominante professionnelle d'une durée comprise entre 4 et 16 mois auprès d'un employeur dans le pays d'accueil. Ces stages visent, notamment, à permettre aux participants de développer leurs connaissances professionnelles en se familiarisant avec la vie de l'entreprise. Par "stages de courte durée", on entend les séjours d'étude-formation d'une durée comprise entre trois semaines et trois mois. Ces stages visent, notamment, à permettre aux participants d'établir un contact intensif avec les milieux de travail et de vie du pays d'accueil. Les échanges doivent tous comporter une expérience du travail s'étendant au moins sur une semaine.

La participation financière de la Commission est calculée sur la base d'une contribution forfaitaire par stagiaire et par semaine, jusqu'à une durée maximum de 26 semaines. Les stages peuvent bénéficier d'une aide supplémentaire forfaitaire par stagiaire et par semaine de formation linguistique. La Commission accorde également des aides jusqu'à concurrence de 75% pour les frais de voyage (aller et retour) entre le lieu de résidence et le lieu du stage. Les échanges peuvent être de nature "normale" ou "exceptionnelle". Les échanges que la Commission considère comme étant de nature exceptionnelle ou expérimentale peuvent être éligibles pour des aides spéciales.

La Commission soumet au Conseil, tous les deux ans, un rapport sur le déroulement des échanges, comportant une appréciation d'ensemble de leur mise en oeuvre.
Numéro d'enregistrement: 179 / Dernière mise à jour le: 2000-06-05