Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

  • Commission européenne
  • CORDIS
  • Programmes
  • Programme spécifique de recherche et de développement technologique (CEE) dans le domaine des systèmes télématiques pour des sujets présentant un intérêt général - Ingénierie et recherche linguistique -, 1990-1994

Programme-cadre

FP3-FRAMEWORK 3C

Programme précédent

FP2-EUROTRA 2

Financement du programme

EUR 22,5 million

Référence du Journal Officiel

L 192 de 1991-07-16

Référence légale

91/353/CEE de 1991-06-07
Développer une technologie linguistique de base qui pourra être incorporée à un grand nombre d'applications sur ordinateur dans lesquelles le langage naturel constitue un ingrédient essentiel, en vue de prendre en charge ou de surmonter les limitations et les insuffisances, au sein de la Communauté, provoquées par différents langages naturels.

Résumé

Faisant partie du programme spécifique de recherche et de développement technologique dans le domaine des systèmes télématiques pour des sujets présentant un intérêt général (1990-1994) au titre de la rubrique 6: "Ingénierie et recherche linguistique", la présente action est articulée autour des résultats et des expériences découlant des initiatives communautaires antérieures, notamment EUROTRA, ESPRIT et le Plan d'action multilingue.

Depuis la fin des années 70, la Communauté a activement encouragé les projets (EUROTRA) et les systèmes multilingues de traduction automatisée (SYSTRAN). Toutefois, un système de traduction automatisée (MT) à la fois pratique et d'un bon rapport coût-efficacité, présuppose un effort de recherche axé sur le long terme, ainsi que la résolution d'un certain nombre de problèmes fondamentaux d'ordre linguistique ou sortant du cadre linguistique. Par conséquent, il est essentiel d'élargir la portée des actions actuelles et futures menées par la Communauté dans le domaine linguistique, afin d'englober d'autres applications moins ambitieuses, et peut-être plus réalisables dans l'immédiat. Le programme LRE est destiné à promouvoir toute une série d'initiatives R&D, qui ne se limitent pas uniquement à la traduction automatisée (MT), mais s'étendent au traitement du langage naturel (NLP) en général, et à divers types d'applications d'essaimage.

Les travaux de recherche seront axés sur le développement d'un modèle linguistique commun géré par ordinateur, en ce qui concerne la représentation textuelle dans différentes langues et sur la poursuite de techniques automatisées visant à réduire le nombre d'interprétations éventuelles pour un texte donné. Le développement de technologies de calcul avancées permettra d'encourager l'application, en linguistique, des progrès réalisés dans le domaines des systèmes experts sophistiqués, des technologies de banques de données, du traitement de la voix et des architectures d'ordinateur. Les travaux de recherche sont également destinés à créer des méthodes, des outils et ressources linguistiques, en particulier des outils logiciels portables, des grammaires, des dictionnaires, des collections de terminologies propres à certains domaines, ainsi que de grandes bases de référence de haute qualité et la stimulation de travaux concernant les normes. Les applications pilotes et les projets de démonstration vont servir à tester l'avancement des travaux de recherche et à démontrer la faisabilité technique et économique des outils, des méthodes et des ressources dans un contexte opérationnel.

Sous-division

Cinq lignes d'action:

- Travaux de recherche à intérêt général:
. Amélioration de l'interlingualité de la représentation linguistique du texte/du discours
. Utilisation de connaissances propres à certains domaines en vue de restreindre le nombre d'interprétations linguistiques éventuelles
. Coordination avec la technologie de la parole
. Utilisation des technologies de calcul avancées

- Développement de ressources linguistiques et d'outils de calcul connexes:
. Outils logiciels
. Grammaires
. Dictionnaires;
. Collections terminologiques
. Ensembles de textes de référence

- Soutien pour la formulation de normes et de lignes directrices pour le codage et l'échange de données linguistiques:
. Recherche et expérimentation pré-normative, l'accent étant mis en particulier sur les dictionnaires et les ensembles de textes de référence
. Constitution d'un groupe d'experts européens
. Participation aux travaux effectués par les organismes de normes nationaux et internationaux et par les instances professionnelles, et encouragement de tels travaux

- Projets-pilotes et de démonstration:
. Traduction automatisée
. Analyse récapitulative et indexation de documents
. Aides pour la génération de documents monolingues et multilingues, pour leur enregistrement et leur récupération
. Communication homme-machine
. Elaboration de bases de connaissances à partir d'un texte en langage naturel
. Instruction assistée par ordinateur

- Actions de soutien et mesures d'accompagnement, l'accent étant mis en particulier sur la formation en matière d'informatique linguistique:
. Formation
. Etudes, analyses et enquêtes
. Programme de sensibilisation et diffusion de l'information.

Mise en œuvre

La Commission est chargée de la mise en oeuvre du programme qui comprend des projets de recherche et de développement technologique (RDT), des projets pilotes et de démonstration, et des mesures d'accompagnement.

Les projets font l'objet de contrats à frais partagés, la contribution financière de la Communauté ne dépassant normalement pas le seuil de 50%. Les universités et les autres centres de recherche ont la possibilité de demander, pour chaque projet, soit 50% du financement des dépenses globales, soit 100% du financement des coûts marginaux supplémentaires. En règle générale, les contrats portant sur les projets de recherche à frais partagés doivent être conclus à la suite d'une procédure de sélection fondée sur des appels de propositions publiés dans le Journal officiel des Communautés européennes. En principe, les projets doivent impliquer la participation de deux partenaires au moins, tous les deux indépendants l'un de l'autre, originaires de différents Etats membres.

La Commission est habilitée à négocier, conformément à l'Article 130n du Traité, des accords internationaux avec des pays tiers qui sont membres de COST, en particulier les pays membres de l'Association européenne de libre-échange (AELE) et les pays de l'Europe centrale et orientale, en vue de les associer au programme tout entier ou à une partie de celui-ci. Dans les cas où des accords-cadres en matière de coopération scientifique et technique ont été conclus entre la Communauté et des Etats non membres de la Communauté, les instances et les entreprises établies dans ces pays, peuvent, sur la base du critère de l'avantage mutuel, être autorisées à devenir partenaires dans un projet s'inscrivant dans le programme.

Aucune instance contractante établie en dehors de la Communauté et participant en tant que partenaire dans un projet entrepris dans le cadre du programme, n'est autorisée à bénéficier d'un financement communautaire pour le présent programme. L'instance concernée devra contribuer aux frais administratifs généraux.
Numéro d'enregistrement: 265 / Dernière mise à jour le: 1992-05-12