Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

  • Commission européenne
  • CORDIS
  • Programmes
  • Projets pilotes de la société de l'information du G-7 - Vers un accès ouvert multimédia au patrimoine culturel mondial: musées et galeries, 1995-
Accélérer la numérisation multimédia des collections et assurer leur accessibilité au public et en tant que ressource pédagogique pour les écoles et les universités.

Résumé

Lors de la conférence ministérielle du G7 consacrée à la société de l'information (Bruxelles, 25 et 26 février), les membres du G7 ainsi que la Commission européenne ont décidé de lancer 11 projets pilotes visant à démontrer les avantages potentiels de la société de l'information et à favoriser son développement.

Les grands objectifs des projets pilotes sont les suivants:

- favoriser le ralliement de la communauté internationale sur les principes communs relatifs aux applications, à l'accès et à l'interopérabilité des réseaux
- jeter les bases d'une coopération des partenaires du G7 pouvant conduire à une masse critique apte à résoudre la question de la société mondiale de l'information
- favoriser les échanges d'informations pouvant conduire à un développement plus poussé de la société de l'information
- définir et choisir des projets modèles présentant des avantages sociaux, économiques et culturels qui soient concrets, intelligibles et démontrables
repérer les obstacles à la mise en oeuvre des applications liées à une société mondiale de l'information
- favoriser l'établissement de marchés pour les produits et services nouveaux.

Le projet pilote sur l'accès multimédia au patrimoine culturel mondial a pour but d'exploiter le potentiel de la société de l'information pour améliorer l'accès aux ressources du patrimoine culturel mondial, en particulier à celles qui se trouvent dans les musées et les galeries d'art, et pour assurer une protection accrue du patrimoine culturel national. Les systèmes multimédias permettent de combiner avec imagination images, son et textes, de les transmettre sous forme numérisée et de les stocker et les reproduire ou les mettre en réseau pour les rendre plus accessibles au public et encourager leur utilisation.

Les activités envisagées par le projet visent à établir un équilibre entre, d'une part, les expériences actuelles acquises par chaque pays dans le domaine de l'information et de la numérisation du patrimoine culturel et, d'autre part, une vision stratégique de coopération à long terme. En assurant la circulation complète et flexible de l'information entre les partenaires, les problèmes liés à la diversité du patrimoine culturel doivent être abordés, tandis que l'autonomie et la décentralisation de toutes les institutions participantes doivent être protégées.

Le projet se concentrera sur les objectifs spécifiques suivants:

-interopérabilité des bases de données multimédias se rapportant au patrimoine culturel
-disponibilité de services et de produits logiciels sur les réseaux de télécommunications pour permettre un libre accès multimédia aux collections du patrimoine culturel mondial
- une meilleure compréhension des cultures du monde.

Le développement des flux informationnels entre les ressources d'information se rapportant au patrimoine culturel permettra de créer des répertoires de ces ressources dans chaque pays. Ces répertoires contiendront les informations nécessaires pour identifier les musées, sites, monuments et objets, l'adresse télématique des institutions concernées et les bases de données connexes. L'importance des répertoires de ressources culturelles dans chaque pays s'accroîtra parallèlement au développement des flux informationnels par-delà les frontières géographiques. Il incombera à chaque institution concernée de veiller à la mise à jour régulière de ses bases de données et de ses listes contenues dans le répertoire.

L'établissement de flux informationnels conduira à la création d'un "répertoire global virtuel" des ressources du patrimoine culturel mondial, lequel pourra être consulté à l'échelle internationale. Pour atteindre cet objectif, trois questions doivent être abordées:

- la numérisation des collections des musées devrait rendre accessibles toutes les informations électroniques rentables (données, images, textes, bibliographies, information vidéo, enregistrements sonores) à un large public et pour des usages pédagogiques et professionnels
- les accords établis et les normes naissantes pour soutenir l'échange généralisé de ressources d'information se rapportant au patrimoine culturel doivent être identifiés et élaborés
les normes à adopter devraient tenir pleinement compte des aspects suivants: interfaces conviviales, opérations aisées et rapides pour le catalogage des matériels, et graphiques succincts décrivant les collections des musées.

Les normes communes n'empêcheront pas les institutions individuelles d'ajouter leurs propres fonctions. De plus, un tel projet devrait permettre, par exemple, les connexions virtuelles entre les objets et spécimens des collections des musées et les éléments du patrimoine culturel se trouvant à d'autres endroits.

Pour des raisons d'ordre pratique, la portée du projet a été limitée aux arts visuels, tout en tenant compte de la nécessité de développer d'autres domaines tels que la science et la technologie, l'histoire naturelle et d'autres domaines culturels.

Les autres projets pilotes qui ont été lancés lors de la conférence ministérielle du G7 à Bruxelles portent sur les thèmes suivants: inventaire mondial, interopérabilité mondiale pour les réseaux à large bande, éducation et formation interculturelles, bibliothèques électroniques, gestion de l'environnement et des ressources naturelles, gestion mondiale des urgences, applications mondiales en matière de santé, gouvernement en direct, marché mondial pour les PME et systèmes informatiques maritimes.

Sous-division

Information non disponible

Mise en œuvre

L'Italie et la France sont responsables de la coordination opérationnelle du projet "Accès multimédia au patrimoine culturel mondial".

Trois groupes de travail seront créés aux niveaux national et international. Ces groupes encourageront et s'appuieront sur les travaux et l'expérience acquise dans le cadre de plusieurs initiatives nationales et internationales et pourraient comprendre des experts issus de celles-ci. Les principaux thèmes couverts par les groupes de travail sont les suivants:

Méthodologie: identification de normes d'information communes pour les informations sur le patrimoine culturel
- Répertoires et thésaurus multilingues: correspondance automatique de l'information contenue dans les systèmes de catalogage des divers pays préservant la diversité culturelle et linguistique existante
- Développements logiciels en matière d'accès: recours à une évaluation exhaustive et à jour des initiatives existantes et projetées et des résultats afin de rationaliser l'utilisation des ressources existantes et projetées et de centrer le projet sur l'application de technologies naissantes.

Le projet sera mis en oeuvre en quatre phases:

- Phase I: les participants, en tenant compte des utilisateurs et de leurs besoins, analyseront les exigences en matière d'applications et identifieront les bases de données existantes et les investissements en informatisation déjà réalisés. Cette phase inclura également l'identification des institutions et musées compétents ainsi que l'expérimentation de technologies des logiciels, du matériel et des réseaux. Les groupes de travail identifieront donc les contextes sociaux et économiques des marchés (c'est-à-dire des publics), les interfaces utilisateurs de recherche et d'interrogation, les spécifications de catalogage et d'affichage, les spécifications relatives aux communications et aux réseaux et les spécifications en matière d'imagerie. L'élaboration de normes sera un thème prioritaire. La participation de partenaires du secteur privé sera un élément clé du succès de l'initiative.

- Phase II: un système de démonstration est envisagé qui inclura les outils, utilisant des thésaurus multilingues, pour le stockage et l'extraction de données et d'images. Ce système prévoit des interfaces conviviales. Des procédures seront également établies afin de permettre la création et la consultation des répertoires.

-Phase III: cette phase comprend la mise en oeuvre dans chaque institution (matériel, logiciels et réseaux, technologies) et l'essai du projet de démonstration du point de vue technique et de l'utilisateur.

- Phase IV: le projet de démonstration sera évalué et les activités ultérieures seront définies en concertation avec le secteur privé.

Les implications financières et un calendrier pour la mise en oeuvre globale du projet seront étudiés durant la Phase I. Un accord devra intervenir sur ces questions avant le passage aux phases suivantes.
Numéro d'enregistrement: 565 / Dernière mise à jour le: 1998-05-07