Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Encourager le développement d'un réseau informatique mondial de gestion pour améliorer la gestion des interventions en conditions d'urgence, des risques et des connaissances.

Résumé

Lors de la conférence ministérielle du G7 consacrée à la société de l'information (Bruxelles, 25 et 26 février), les membres du G7 ainsi que la Commission européenne ont décidé de lancer 11 projets pilotes visant à démontrer les avantages potentiels de la société de l'information et à favoriser son développement.

Les grands objectifs des projets pilotes sont les suivants:

- favoriser le ralliement de la communauté internationale sur les principes communs relatifs aux applications, à l'accès et à l'interopérabilité des réseaux
- jeter les bases d'une coopération des partenaires du G7 pouvant conduire à une masse critique apte à résoudre la question de la société mondiale de l'information
- favoriser les échanges d'informations pouvant conduire à un développement plus poussé de la société de l'information
- définir et choisir des projets modèles présentant des avantages sociaux, économiques et culturels qui soient concrets, intelligibles et démontrables
repérer les obstacles à la mise en oeuvre des applications liées à une société mondiale de l'information
- favoriser l'établissement de marchés pour les produits et services nouveaux.

Le projet pilote sur la gestion mondiale des urgences vise à favoriser la mise en oeuvre de systèmes nationaux de gestion de urgences et à les intégrer dans un réseau mondial afin d'améliorer la capacité des collectivités, des pays ou des régions à faire face aux catastrophes et à gérer les risques. Dans ce contexte, les objectifs du projet pilote sont les suivants:

- développer et mettre en oeuvre des systèmes d'acquisition, de traitement, de gestion, de visualisation et de diffusion de l'information en tant qu'outils d'aide à la décision pour les interventions en cas de catastrophes naturelles, technologiques, biologiques et humanitaires, pour la surveillance de l'environnement et pour la gestion des risques
- mettre au point et établir des réseaux mondiaux pour l'échange d'informations entre les organismes responsables de la gestion des urgences et le public dans les pays développés et en développement
- établir des protocoles mondiaux pour les normes d'information, l'accès d'urgence et les techniques de recherche afin de faciliter des échanges rapides d'informations pour la gestion des urgences.

Lorsqu'il sera opérationnel, le réseau mondial de gestion des urgences devrait avoir les avantages et impacts suivants:

- réduction des souffrances humaines, de la destruction des infrastructures et de la dégradation de l'environnement
- stimulation de l'amélioration de la gestion des urgences grâce à l'accroissement des échanges d'informations
- amélioration des communications internationales qui encouragera l'élaboration de normes internationales
- amélioration de la coordination des interventions internationales en conditions d'urgence, ce qui aidera les pays en développement
- facilitation du transfert de technologies grâce à la plate-forme commune fournie par un réseau mondial.

Les autres projets pilotes qui ont été lancés lors de la conférence ministérielle du G7 à Bruxelles portent sur les thèmes suivants: inventaire mondial, interopérabilité mondiale pour les réseaux à large bande, éducation et formation interculturelles, bibliothèques électroniques, musées et galeries électroniques, gestion de l'environnement et des ressources naturelles, applications mondiales en matière de santé, gouvernement en direct, marché mondial pour les PME et systèmes informatiques maritimes.

Sous-division

Information non disponible

Mise en œuvre

Le Canada est responsable de la coordination opérationnelle du projet pilote "Gestion mondiale des urgences". Il est assisté dans cette tâche par un comité exécutif (responsable de la mise en oeuvre des décisions et de la coordination des activités), un "comité pour l'ensemble du projet" (qui prend les décisions concernant les buts, objectifs, principes, tâches et priorités) et de groupes de travail spécifiques (qui accomplissent des tâches liées au projet global).

Le projet pilote est mis en oeuvre au travers de 17 sous-projets, de réseaux mondiaux et de protocoles mondiaux. Les sous-projets ont recours à un large éventail de technologies de l'information, de connaissances et d'expériences; ils sont groupés dans les catégories suivantes:

- Réseaux (information-3, exploitation-3)
- Soutien (communication-3, suivi-2, fonctions spécifiques-5)
- Risques (1).

Les sous-projets serviront de base au développement d'un réseau prototype. Les ressources sont mises à disposition au travers des sous-projets parrainés par les organismes participants. Ceux-ci sont chargés de l'exécution des éléments individuels liés à la mise en oeuvre des réseaux, aux fonctions de soutien ou à des risques spécifiques, comme indiqué dans les propositions de sous-projets. Les éléments individuels seront reliés entre eux afin de former des réseaux mondiaux d'information sur les urgences englobant tous les risques, qui seront étendus de manière à incorporer des risques, fonctions et pays supplémentaires. Pour les protocoles mondiaux, les groupes de travail se pencheront sur des questions telles que: l'accès d'urgence, la sécurité, les normes, la fiabilité, les outils de recherche, le langage, la coordination et la communication.

Les organisations et organismes suivants participeront à la mise en oeuvre du projet: Décennie internationale pour la réduction des catastrophes naturelles (ONU), Simon Fraser University (CAN), Federal Emergency Management Agency (US), Emergency Preparedness Canada (CAN), Quasar Consultants (NOR), Organisation panaméricaine de la santé (ONU), Spar Aerospace, Inc. (CAN), National Emergency Telecommunication Network (US), Response Net (US), National Aeronautics and Space Agency (US), IBM Government Systems (US), Canadian Forest Service (CAN), Environmental Technology and Telecommunications (US), Shebute Inc. (US), Université du Wisconsin (US), Université de Plymouth (ROYAUME-UNI).

Une mise en oeuvre en cinq phases du projet est envisagée:

- Phase 1: inventaire des systèmes disponibles, conception d'un réseau mondial
Phase 2: évaluation, sélection et démonstration de systèmes thématiques prototypes
- Phase 3: intégration des systèmes thématiques dans un réseau mondial prototype
- Phase 4: incorporation de systèmes, pays et liaisons supplémentaires
- Phase 5: mise en oeuvre d'un réseau informatique mondial de gestion des urgences.

Un réseau prototype devrait être développé en 1996, lequel incorporera des risques, fonctions et pays supplémentaires dont l'inclusion est prévue pour 1997. Un réseau mondial de gestion des urgences, pleinement opérationnel, devrait être en place en 1998.
Numéro d'enregistrement: 566 / Dernière mise à jour le: 1998-05-07