Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Résumé

Pour déterminer Al soluble et Al insoluble dans les aciers, les chimistes disposent de plusieurs techniques qui ont été présentées et commentées. Afin de fournir aux aciéristes des résultats fiables, l'étude d'une méthode de référence a été entreprise au cours de cette recherche. Après avoir caractérisé le comportement des oxydes synthétiques vis à vis des principaux réactifs d'attaque (acides - bases...), on a retenu le réactif le plus sélectif, c'est-à-dire le mélange brome-méthanol), afin de séparer de façon quantitative Al soluble (Al métallique + Al de AlN) de Al insoluble (Al oxydé). Parmi les oxydes testés, seule la chaux s'est révélée soluble. L'optimisation de la procédure complète utilisant le brome-méthanol a été réalisée en procédant à l'analyse des phases de Al dans plusieurs séries d'aciers. Dans certains cas, les résultats obtenus ont montré les limites des méthodes classiques. Grâce à la procédure qui prévoit la mesure de Ca et Mg en même temps que Al, les difficultés rencontrées dans des aciers subissant des traitements de désoxydation complexes, peuvent être expliquées et contournées. A partir de cette méthode de référence, la préparation de repères homogènes en Al soluble et insoluble est envisageable; ces échantillons seront utilisés pour l'étalonnage de méthodes rapides telles que la spectrométrie d'émission optique, l'attaque par voie électrolytique suivie d'une colorimétrie (appareil RA 100) ou la décomposition thermique des oxydes qui fournit des données concernant les phases de l'oxygène. Enfin, on a examiné les retombées économiques de cette recherche en abordant les avantages qu'en retireront les aciéristes, les métallurgistes et les chimistes.

Informations supplémentaires

Auteurs: RAVAINE D, Institut de Recherches de la Sidérurgie Française (IRSID), Saint-Germain-en-Laye (FR)
Références bibliographiques: EUR 12484 FR (1989) 67 pp., MF, ECU 4, blow-up copy ECU 8.75
Disponibilité: (2)