Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Résumé

Cette étude avait pour objectifs de tester et d'analyser les possibilités offertes par la technique d'injection de poudre oxydante sous vide en vue de dénitrurer le métal ou de réaliser des ultrabasses teneurs en carbone. Nous avons étudié la dénitruration d'un acier contenant initialement 300E-3% C et entre 68E-4% N(2) et 145E-4% N(2). Il apparaît que l'insufflation de poudre permet d'atteindre des niveaux finaux de 30E-4% N(2) cautre des niveaux entre 50E-4% N(2) et 70E-4% N(2) sans insufflation. La cinétique de dénitruration est augmentée lorsque le débit spécifique de gaz traversant le bain croît. Des essais de décarburation ont montré que en partant d'une teneur initiale de l'ordre de 200E-4%, il était possible d'atteindre des niveaux entre 12E-4% et 40E-4% de carbone par injection de poudre oxydante; sans insufflation de produit la teneur finale est de 170E-4% environ. L'étude de la cinétique de décarburation acier contenant au début 150E-4% C et entre 500E-4% et 900E-4% d'oxygène dissolu sans injection de poudre montre que pour accélérer l'étape de décarburation naturelle, il faut augmenter la vitesse de descente en vide. Ces essais ont donc mis en évidence la faisabilité technologique de la méthode et son efficacité pour produire des aciers à très basses teneurs en azote et en carbone.

Informations supplémentaires

Auteurs: ZBACZYNIAK Y, Institut de Recherches de la Sidérurgie Française Maizères-lès-Metz (FR)
Références bibliographiques: EUR 15711 FR (1996) 38pp., FS, ECU 7
Disponibilité: Available from the (2)
ISBN: ISBN 92-827-6461-3
Numéro d'enregistrement: 199410707 / Dernière mise à jour le: 1995-03-21
Catégorie: publication
Langue d'origine: fr
Langues disponibles: de,en,fr