Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Les microARN dans le développement embryonnaire précoce

Les embryons de mammifères sont composés de cellules qui se développent en différents types de cellules pour former l'organisme entier. Étudier la régulation des cellules souches embryonnaires (CSE) au cours du développement peut contribuer à élucider la biologie des maladies humaines.
Les microARN dans le développement embryonnaire précoce
Chaque type de cellule contient un même ensemble de gènes pour créer toutes les différentes protéines que l'on retrouve dans l'organisme. Le processus de sélection et d'utilisation des gènes est intimement relié à celui du développement cellulaire et leur sort dépend de la combinaison des protéines synthétisées. Par exemple, les microARN sont de petites molécules qui bloquent la formation des protéines qui ne sont pas nécessaires.

Le projet MEMD («microRNA regulation of apoptosis and differentiation during early mammalian development»), financé par l'UE, a étudié le rôle des microARN dans le développement des embryons de mammifères. Plus spécifiquement, les scientifiques ont étudié comment les microARN affectent les CSE dans les embryons de souris, six jours après la fertilisation.

Des chercheurs ont découvert que l'embryon d'une souris de six jours possède un ensemble de microARN similaire à celui retrouvé dans les cellules souches humaines. Il contient également des microARN présents dans les cellules cancéreuses et associés à la formation ou à la progression des tumeurs.

Un nombre de protéines dont la production est bloquée par des microARN pendant le développement embryonnaire ont été identifiées. La protéine Bim encourage la mort cellulaire et est normalement produite par des cellules malsaines qui doivent être éliminées. La production de Bim doit être bloquée dans les cellules saines et certains microARN dans les CSE des embryons de six jours sont responsables de cette fonction. De manière surprenante, les taux élevés de Bim ne tuent pas les CSE des embryons de trois ans. D'autres études ont confirmé que les CSE soient sensibles aux agents induisant la mort cellulaire à un stade ultérieur du développement. Elles requièrent des microARN pour stopper la formation des protéines sensées les tuer. Une découverte intéressante et potentiellement utile est la similitude (certaines caractéristiques) entre les CSE dans l'embryon et les cellules cancéreuses.

Dans l'ensemble, les résultats de ce projet représentent une progression importante dans les connaissances sur les processus qui contrôlent le développement précoce des mammifères et la survie des CSE. Ces résultats contribueront à mieux comprendre les maladies comme le cancer et à découvrir de nouvelles thérapies à base de microARN.

Informations connexes

Mots-clés

Cellules souches embryonnaires, microARN, embryon de souris, cancer, Bim, mort cellulaire