Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

Le meilleur de l'actualité scientifique (Top Stories)

Financé au titre de: FP7-ICT

DATA SIM: que se passerait-il si tout le monde utilisait des véhicules électriques?

Les technologies sous-jacentes à la conception des véhicules électriques évoluent sans cesse, et l'UE s'attend à ce qu'ils soient produits en masse pour 2020. En développant une nouvelle méthode d'exploitation des données de géolocalisation GPS et de réseaux mobiles, le projet européen DATA SIM a pu simuler les conséquences d'une adoption massive des véhicules électriques et en a étudié l'impact sur la mobilité et les réseaux de distribution d'électricité.
DATA SIM: que se passerait-il si tout le monde utilisait des véhicules électriques?
Le succès à grande échelle prévu pour les véhicules électriques (VE) aura un impact sur notre façon de voyager ainsi que sur la sollicitation du réseau électrique (à certaines heures, à certains endroits).

Le fait de connaître à l'avance cet impact est essentiel pour préparer l'adoption des VE. Le projet DATA SIM, financé par le 7e PC de l'UE a conduit des recherches pour déterminer les conséquences d'une adoption en masse des VE, afin de recommander des actions aux décideurs politiques.

Les données massives pour un relevé détaillé de l'usage des transports en UE

Pour étudier les flux de circulation, les chercheurs se contentaient jusqu'à présent de critères généraux comme les tendances de l'emploi dans une région. Les usagers tenaient un journal, consignaient leurs déplacements et répondaient à des questionnaires. Bien qu'utiles, ces informations manquent de fiabilité car les répondants peuvent être vagues ou inexacts.

Le projet a conçu une approche spatio-temporelle totalement innovante et très détaillée, basée sur l'énorme quantité de données mobiles/GPS.

Ce nouveau modèle comportemental peut décrire ce qui se passerait si demain nous passions tous à la voiture électrique.

«Nous pouvons par exemple déterminer combien de personnes conduisent des voitures électriques, les distances parcourues et la durée de déplacement avec les technologies actuelles d'une part, et d'autre part, comment ces données évolueraient à mesure que la technologie est améliorée», explique le coordinateur du projet, le professeur Davy Janssens de l'université d'Hasselt en Belgique.

Des réseaux électriques plus intelligents

Le fait de connaître le comportement des conducteurs ainsi que les distances probables parcourues permet aussi de déterminer la localisation et le nombre potentiels de bornes de recharge.

Comme le déclare le professeur Janssens: «On peut déterminer s'il y a un risque de panne d'électricité dans une certaine zone lorsqu'un nombre donné de véhicules est aux bornes de recharge. Par exemple, si trop de VE sont chargés en même temps, y aurait-il un risque de panne pour l'éclairage public?»

Ces réponses seront utiles aux décideurs politiques afin de renforcer le réseau à ces endroits spécifiques, ou de revoir l'emplacement des bornes de recharge.

Les énergies renouvelables ont un inconvénient, celui d'avoir une production irrégulière. DATA SIM a aussi étudié l'éventualité d'utiliser les VE pour stocker l'énergie en excès pendant les périodes de pointe et de la restituer au réseau électrique en cas de besoin (lorsque les véhicules sont garés).

Une coordination astucieuse entre les citoyens et les machines

Le partage des véhicules, le covoiturage, la recharge et la conduite; autant de facteurs qu'il faut coordonner pour rendre les transports plus écologiques.

«Pour la première fois, l'exploration des données, la gestion de base de données, les systèmes complexes, les transports, l'énergie et l'informatique se sont regroupés pour trouver des solutions pratiques de mobilité», conclut le professeur Janssens.

Le projet, qui s'est terminé en août 2014 après 3 années d'activité, continuera à s'appuyer sur ses travaux pour découvrir de nouvelles solutions de mobilité en explorant efficacement de grandes quantités de données. DATA SIM envisage de créer deux entreprises dérivées, qui sont actuellement à l'étape de développement.

Le consortium du projet se composait de 9 partenaires originaires de 7 pays, et a reçu 2,3 millions d'euros de l'UE.

Lien au site web du projet
Lien vers une vidéo connexe

Informations connexes

Mots-clés

Internet, technologies de l'information, véhicules électriques, flux de circulation, modélisation informatique, microsimulation spatio-temporelle, UE, CORDIS, 7e PC
Numéro d'enregistrement: 158710 / Dernière mise à jour le: 2015-03-04
Source d'information: CNECT story (fr)