Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Les microbes évoluent pour résister aux désinfectants

Les chercheurs ont découvert une enzyme qui permet à certains microbes de décomposer les composants présents dans les désinfectants courants, ce qui les rend plus résistants aux antimicrobiens.
Les microbes évoluent pour résister aux désinfectants
Nous utilisons des désinfectants par crainte des micro-organismes porteurs de maladies. Mais, notre obsession avec l'hygiène s'est retournée contre nous et les micro-organismes ont appris à utiliser les désinfectants comme source de carbone et d'énergie.

Financé par l'UE, le projet ROBODAR (Role of biotransformation on the dynamics of antimicrobial resistance) s'est penché sur la biotransformation – comment les micro-organismes modifient les composants chimiques. L'objectif était de déterminer si la biotransformation peut conduire à l'évolution et à la propagation de la résistance antimicrobienne dans l'environnement.

Les chercheurs se sont concentrés sur la biotransformation du chlorure de benzalkonium (BAC), présent dans de nombreux désinfectants domestiques, industriels et médicaux. Ils ont exploré la façon dont se développe la résistance au sein d'un micro-organisme et d'une communauté microbienne avec différentes tolérances et capacités pour biotransformer le BAC.

Cinq communautés microbiennes qui dégradent activement les BAC ont été collectées à partir d'eaux usées domestiques, de boue activée, de sol vierge, de sédiments marins et de plancher. L'espèce Pseudomonas (souche BIOMIG1) capable de tolérer et de transformer les BAC a été isolée.

Les chercheurs ont identifié une dioxygénase, qui n'a pas été rapportée précédemment, comme l'enzyme clé responsable de la division des BAC dans BIOMIG1.

Les scientifiques ont également isolé Escherichia coli et Serratia marcescens qui ne peuvent pas dégrader les BAC. Ils ont servi d'organismes modèles dans les expériences en laboratoire de co-culture pour comprendre la résistance antimicrobienne dans les environnements désinfectés.

Les résultats d'ensemble du projet suggèrent que la biotransformation réduit l'efficacité des désinfectants et accroît la résistance antimicrobienne. Ces informations auront d'importantes implications pour la santé humaine et l'utilisation des composants antimicrobiens.

Informations connexes

Mots-clés

Désinfectants, enzymes, antimicrobiens, ROBODAR, biotransformations, chlorure de benzalkonium
Numéro d'enregistrement: 175016 / Dernière mise à jour le: 2016-07-12
Domaine: Biologie, Médecine