Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

RENAL EPIGENETICS Résultat en bref

Project ID: 293568
Financé au titre de: FP7-PEOPLE
Pays: Allemagne

La base génétique du vieillissement hépatique

La population européenne vieillissante et des troubles métaboliques comme le diabète plus fréquents suscitent des interrogations quant à un traitement efficace de la néphropathie. Les chercheurs financés par l'UE explorent les mécanismes épigénétiques pour trouver des solutions.
La base génétique du vieillissement hépatique
La néphropathie chronique est souvent traitée par dialyse et dans de graves cas de transplantations rénales, or le sort et la qualité de vie du patient ne s'améliorent guère. Des solutions innovantes sont nécessaires d'urgence pour résoudre les lésions des organes associés à l'âge et la perte chronique de la fonction rénale.

De récentes études ont découvert que les podocytes perdus ne peuvent pas être régénérés ou remplacés. Les podocytes sont des cellules rénales très spécialisées qui forment la barrière de filtration. Dans les reins des personnes âgées et chez les patients atteints de néphropathies chroniques, ils présentent une dégénération.

L'initiative RENAL EPIGENETICS (Epigenetic modifications in glomerular nephropathy and renal aging) se penche sur les mécanismes du vieillissement rénal en se concentrant sur des podocytes post-mitotiques. Ces cellules sont sensibles aux espèces d'oxygène réactives et aux facteurs de croissance, ce qui pourrait altérer l'expression génique et le comportement cellulaire. Les chercheurs visent également à élucider le rôle de mTOR et les modifications épigénétiques qui dépendent de l'autophagie dans le vieillissement rénal à l'aide de modèles murins adéquats.

Certaines découvertes clés ont été effectuées au cours de la première période du projet. Les scientifiques ont remarqué que la réparation cellulaire autophagique joue un rôle crucial dans le vieillissement cellulaire pour des podocytes glomérulaires qui vivent longtemps. Notamment, la classe 3 de phophoinositolkinases régulées par mTOR, Vps34, semblait être un acteur clé dans la maturation de la vésicule endocytotique et autophagique.

Une première, les chercheurs du projet ont analysé les souris knock-out spécifiques au podocyte des régulateurs épigénétiques dans le vieillissement rénal afin d'obtenir une meilleure perspective sur la voie de signalisation mTOR mal comprise. Les études ont révélé que le silençage transcriptionnel de la méthylation de l'îlot CpG suppresseur Ras-GTP RASAL1 et promoteur aberrant conduit à la néphropathie rénale chronique.

Déjà, l'étude RENAL EPIGENETICS a identifié des facteurs impliqués dans le vieillissement rénal et fourni des biomarqueurs qui sont des cibles potentielles pour la thérapie et qui surveillent également la progression de la maladie. D'autres applications potentielles de l'étude en cours comprennent la prévision de risque et la prévention de la néphropathie diabétique.

Informations connexes

Mots-clés

Vieillissement des reins, néphropathie, épigénétique, podocytes, néphropathie, vieillissement rénal
Numéro d'enregistrement: 175018 / Dernière mise à jour le: 2016-01-28
Domaine: Biologie, Médecine