Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

CITI-SENSE — Résultat en bref

Project ID: 308524
Financé au titre de: FP7-ENVIRONMENT
Pays: Norvège
Domaine: Santé, Environnement

Un contrôle de la qualité de l'air axé sur le citoyen

Une équipe de l'UE a établi des observatoires citoyens pour aider à surveiller la qualité de l'air dans les villes. Le réseau comprenait 24 observatoires, dont 324 capteurs et 400 bénévoles dans 9 villes de l'UE, pour un total de 9,4 millions d'observations de la qualité de l'air.
Un contrôle de la qualité de l'air axé sur le citoyen
Les gouvernements ont un rôle très important dans la recherche de solutions aux problèmes environnementaux, mais ils ne sont pas seuls. Souvent, les citoyens peuvent se regrouper pour contrôler et gérer les problèmes environnementaux locaux de certaines façons impossibles pour les agences gouvernementales.

Le projet CITI-SENSE (Development of sensor-based citizens' observatory community for improving quality of life in cities), financé par l'UE, a développé un système d'information de contrôle environnemental à usage des citoyens. Le but était de permettre aux communautés d'influencer les politiques et les processus décisionnels.

Les travaux initiaux portaient sur la création d'un réseau de capteurs de la qualité de l'air où les citoyens étaient impliqués comme participants. Les principaux éléments comprenaient des capteurs et des technologies, des produits d'informations dérivés des données et des services. Le consortium a extrait des informations sur l'atmosphère spécifiques à certaines villes d'Europe, à partir de données satellite. Le consortium a également travaillé au développement de méthodes participatives, de stratégies de gestion des données et d'applications pour faciliter l'utilisation des données.

L'équipe a créé et exploité pendant six mois le plus grand réseau mondial de capteurs de la qualité de l'air. Le réseau comprenait 324 unités déployées partout en Europe. La participation de la communauté impliquait plus de 400 bénévoles qui ont testé les dispositifs de contrôle, dans 9 villes européennes.

Les chercheurs ont également établi 24 observatoires citoyens individuels. Huit contrôlaient la qualité de l'air extérieur, 12 surveillaient la qualité de l'air intérieur dans les écoles et 4 suivaient le confort personnel dans les espaces publics.

Les volontaires étaient impliqués dans le développement des capteurs, dans les solutions de visualisation et dans d'autres outils utilisés dans le projet. Plus de 1 200 personnes ont téléchargé et utilisé l'application de perception de l'air du projet.

En utilisant le réseau de capteurs et les outils d'observation supplémentaires, l'équipe a recueilli plus de 9,4 millions d'observations au cours de la dernière année du projet.

Les principales contributions du projet comprenaient des études sur la participation des citoyens au processus décisionnel sur l'environnement, plus spécifiquement les motivations et les obstacles. L'équipe a également développé de nouveaux outils pour le contrôle citoyen de l'environnement urbain, y compris des micro-capteurs et des outils d'analyse de données peu coûteux. Les chercheurs ont en outre réussi à combiner les données du projet avec les plateformes TIC, les données volumineuses et les services d'application/de portail. L'équipe a également intégré des méthodes participatives dans les produits et les services.

CITI-SENSE aura pour résultat des systèmes de contrôle de l'environnement en Europe qui encouragent la participation citoyenne dans la gouvernance de l'environnement. Ses résultats devraient aussi conduire à de nouveaux produits et services, qui amélioreront les opportunités économiques des entreprises européennes.

Informations connexes

Mots-clés

Axé sur le citoyen, qualité de l'air, observatoires citoyens, CITI-SENSE, contrôle de l'environnement