Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

CHILE1000 Résultat en bref

Project ID: 276703
Financé au titre de: FP7-PEOPLE
Pays: Suisse

De nouvelles méthodes pour extrapoler la climatologie du passé

De nouvelles techniques, capables de déterminer les périodes les plus chaudes et les plus froides des derniers millénaires, contribuent à mettre à jour et moderniser les données climatologiques.
De nouvelles méthodes pour extrapoler la climatologie du passé
Les Andes chiliennes sont une région précieuse au point de vue écologique, car elles subissent diverses pressions climatiques. Cependant, on manque de données climatologiques permettant de prévoir l'évolution du climat sur le long terme. Le projet CHILE1000 (Chilean lake sediments as archives for climate variability during the past 1 000 years), financé par l'UE, s'est attaché à combler cette lacune.

Le projet visait des reconstitutions quantitatives des températures d'été et d'hiver pour les Andes chiliennes au cours des derniers mille ans, et à présenter ces informations critiques dans un contexte spatial, temporel et climatologique plus large. Ces travaux sont d'autant plus importants que l'on manque d'études sur les lacs de la région, ce qui prive les scientifiques de données paléontologiques très utiles.

Les chercheurs ont utilisé plusieurs techniques afin de réaliser le tout premier ensemble de données de haute qualité en Amérique du Sud, pour certaines spores (des stomatocytes de chrysophytes) présentes dans des sédiments lacustres. Il s'agissait de pièges à sédiment et de thermistors pour analyser la chimie et la température de l'eau, installés dans 24 lacs et qui ont généré 47 variables de l'environnement, importantes pour l'écologie.

L'équipe a ensuite bâti une référence croisée des assemblages de stomatocytes de chrysophytes, avec les variables de l'environnement, grâce à des analyses statistiques sophistiquées, obtenant un indicateur très exact des conditions durant les hivers passés. Elle a ensuite extrapolé les conditions hiver-printemps jusqu'en l'an 160, pour la Laguna Escondida, un lac des Andes très isolé.

Les chercheurs ont constaté que le récent réchauffement de la saison froide dans cette région, pendant les 40 dernières années, n'était pas un phénomène inhabituel à l'échelle du siècle ni du millénaire. Bien que des indices clairs du réchauffement aient été observés après 1980 (et que cette tendance continue aujourd'hui), le dernier siècle a montré d'autres exemples d'un tel réchauffement. Ceci s'oppose aux observations dans l'hémisphère nord, et souligne l'importance des reconstitutions fondées sur des variables géographiques et saisonnières.

Le projet s'est traduit par une reconstitution très détaillée des températures estivales pour la Laguna Chepical, un lac glaciaire des Andes chiliennes centrales. Elle montre que les périodes les plus chaudes des derniers 3 000 ans sont survenues récemment, entre 1950 et 1970.

Le projet CHILE1000 a contribué à affiner les innovations techniques dans son domaine, et défini le rôle des stomatocytes de chrysophytes en tant que marqueur quantitatif fiable. Il a également réalisé un ensemble de formations à l'intention de scientifiques et d'étudiants, basé sur des techniques de terrain de pointe et des analyses statistiques. Ses résultats ont été mis en avant dans plusieurs rapports et revues, contribuant à enrichir la paléontologie et la climatologie à l'échelle mondiale.

Informations connexes

Mots-clés

Climatologique, Andes chiliennes, sédiments lacustres, variabilité du climat, stomatocytes de chrysophytes
Numéro d'enregistrement: 175218 / Dernière mise à jour le: 2016-03-17
Domaine: Environnement