Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des informations moléculaires sur le cancer métastatique de la prostate

Le cancer de la prostate est une des causes principales de mortalité liée au cancer au sein des Européens. Dans le cadre de la thérapie, il est fondamental de découvrir les molécules impliquées dans la maladie avancée.
Des informations moléculaires sur le cancer métastatique de la prostate
Tandis qu'un cancer de la prostate diagnostiqué rapidement est guérissable par la chirurgie ou la radiothérapie, la maladie avancée ou métastatique est beaucoup plus difficile à contrôler. Le traitement de ces patients comprend d'habitude une thérapie d'interruption des androgènes, qui inhibe l'activation de la signalisation du récepteur androgène (RA). Néanmoins, la réussite de cette thérapie est restreinte et les cellules finissent par devenir résistantes.

La voie de l'activation RA implique la liaison des hormones androgènes de testostérone ou de dihydrotestostérone et grâce à diverses modifications elle culmine avec la translocation du récepteur allant du cytoplasme au noyau. Au sein de ce dernier, le complexe récepteur-ligand interagit avec les co-activateurs, les co-réprimeurs et les modificateurs épigénétiques, ce qui conduit à la transcription des gènes cibles.

La portée du projet ARKSS (A large-scale siRNA screen to study the role of kinases in androgen receptor activation), financé par l'UE, était d'identifier les co-activateurs essentiels nécessaires pour la transcription transmise par RA. À cette fin, le consortium a effectué un grand écran de kinases utilisant des ARN à petite interférence (pARNi, soit petits ARN intéférents). À l'aide d'un essai à base de fluorescence où le knock-down de kinase corrélait avec la fluorescence, les chercheurs ont identifié les kinases impliquées dans la signalisation de RA dans le cancer du prostate.

De plus, ils ont recherché quelles enzymes à modification épigénétique sont impliquées dans la maladie résistante. Des études mécanistiques ont démontré que la régulation d'une enzyme de déméthylase d'histone fait baisser la transcription transmise par le RA.

Ensemble, les résultats de l'étude ARKSS fournissent d'importantes informations au niveau moléculaire sous la forme d'un cancer de la prostate avancée, résistant à la thérapie. Les molécules impliquées dans la signalisation de la RA pourraient servir de cibles pharmaceutiques potentielles et offrir de nouvelles options thérapeutiques aux individus souffrant de cette maladie.

Informations connexes

Mots-clés

Cancer de la prostate, signalisation du récepteur androgène, kinase, pARNi, histone déméthylase