Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

L'ARN régulateur au cœur de la recherche sur le cancer

Des chercheurs européens ont uni leurs forces pour comprendre la fonction des ARN non-codants (ARNnc) dans le cancer du sein. Les connaissances obtenues auront un impact sur l'avenir de la recherche translationnelle.
L'ARN régulateur au cœur de la recherche sur le cancer
Les ARNnc sont des molécules d'ARN qui, contrairement aux ARNm, ne codent pas pour les protéines. Ils sont impliqués dans la transcription et semblent affecter la stabilité des ARN messagers et leur traduction en protéines.

Des preuves récentes soulignent le rôle des ARNnc dans le développement normal ainsi que les conditions pathologiques, y compris le cancer. Une sous-classe de ces molécules, connues sous le nom des longs ARN non-codants (lARNnc), module l'activité de transcription en liant les facteurs de modification de la chromatine aux gènes cibles. Certains de ces derniers sont surexprimés dans plusieurs cancers et jouent un rôle dans la régulation des gènes épigénétiques pendant la carcinogenèse.

Les chercheurs du projet CHR_LNCRNA (Identification and functional characterization of lncRNA-chromatin protein complexes associated with specific chromatin modifications in breast cancer), financé par l'UE, se sont penchés sur le rôle des lARNnc dans le cancer du sein. À cette fin, ils ont développé une méthodologie spécifique qui leur a permis d'identifier les facteurs de chromatine qui s'attachent aux molécules d'ARN. La méthode de réticulation et de «pulldown» par photoactivation (photoactivatable RNA crosslinking and pulldown, PAR-CLPD) implique la réticulation de l'ARN et des protéines, le marquage des protéines et leur analyse par spectrométrie de masse.

Les chercheurs de CHR_LNCRNA se sont concentrés sur les lARNnc associés aux modifications d'histones liées au cancer dans les cellules saines et cancéreuses. Ils ont obtenu plus de dix protéines de liaison à l'ARN de chromatique qui s'attachent particulièrement aux résidus de lysine 9 méthylée d'histone H3. L'identification de ces protéines aidera à comprendre le mode d'action des lARNnc et d'identifier les cibles thérapeutiques potentielles.

La méthodologie développée dans le cadre du projet CHR_LNCRNA devrait indubitablement alimenter les prochains travaux de recherche clinique et fondamentale sur le rôle des lARNnc dans la santé et la maladie. À long terme, les résultats de ces études ont le potentiel d'être transposés en thérapies anticancéreuses innovantes.

Informations connexes

Mots-clés

Médecine traditionnelle, transcription, longs ARN non-codants, cancer, modifications des histones