Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

SafeFlame — Résultat en bref

Project ID: 286889
Financé au titre de: FP7-SME
Pays: Royaume-Uni

Du feu à partir de l'eau

Des chercheurs financés par l'UE ont mis au point un appareil portable, pour faire du feu avec de l'eau. Il s'agit d'un électrolyseur, qui casse les molécules d'eau en leurs constituants, l'hydrogène et l'oxygène, lesquels servent ensuite à alimenter la flamme d'un brûleur pour braser des métaux.
Du feu à partir de l'eau
L'électrolyse de l'eau et les électrolyseurs ne sont pas des nouveautés. Cependant, leur utilisation pour le brasage des métaux a été limitée par le coût élevé des membranes et des catalyseurs contenant du platine et d'autres métaux précieux, nécessaires au fonctionnement du système.

Le projet SAFEFLAME (Development of oxy-hydrogen flame for welding, cutting and brazing) a utilisé son financement pour rendre abordables ces systèmes. Le but était de mettre au point une alternative attrayante au système habituel de chalumeau à braser avec ses bonbonnes de gaz. Ce gaz est sous pression, et très inflammable. Les bonbonnes sont lourdes, ce qui pose des problèmes pour le stockage et le transport.

Les chimistes du projet ont proposé de nouvelles membranes pour renforcer les performances de l'électrolyseur. Ils ont aussi étudié de nouveaux catalyseurs et d'autres méthodes pour former leur structure, afin de réduire la quantité de platine nécessaire, voire de le remplacer par des produits plus économiques.

Les travaux du projet SAFEFLAME ont notablement réduit le coût des systèmes à électrolyseur. Le calcul montre que le coût de fonctionnement de la nouvelle unité pourrait être 20 fois moindre, si l'on tient compte qu'il élimine la consigne des bonbonnes de gaz ainsi que les frais de transport.

Le système de SafeFlame utilise de l'eau et de l'électricité. Il fonctionne à la demande, à basse pression, sans stocker les gaz. Le courant électrique sépare de l'eau déminéralisée en hydrogène et oxygène. Les gaz produits brûlent à la sortie du chalumeau. En modifiant la proportion des gaz, on fait varier le type de flamme.

Les gaz sont recombinés à la sortie du chalumeau, donnant une flamme plus sûre et simple d'emploi. La flamme chauffe moins le chalumeau, réduisant les risques de brûler la peau et aussi de combustion interne. Comme la flamme est contrôlable et que la pièce sur laquelle on travaille reste bien visible, il est possible de travailler en sûreté sur des métaux à point de fusion bas ou élevé.

Les chercheurs de SAFEFLAME ont réalisé et testé des prototypes pour braser des serpentins de radiateur, des canalisations et des systèmes en cuivre ou en aluminium. La commercialisation est prévue dans un futur proche.

Informations connexes

Mots-clés

Électrolyseur, hydrogène, brasage du métal, électrolyse de l'eau, oxygène-acétylène