Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

NEUROBASS Résultat en bref

Project ID: 331964
Financé au titre de: FP7-PEOPLE
Pays: Espagne

De nouvelles informations relatives aux facteurs de l'environnement et à la reproduction des poissons

Un projet financé par l'UE a renforcé la durabilité de l'aquaculture en Europe en étudiant si de nouveaux systèmes de neuropeptides pouvaient être des médiateurs entre l'environnement et la reproduction du bar commun.
De nouvelles informations relatives aux facteurs de l'environnement et à la reproduction des poissons
Le projet NEUROBASS (Acquiring competencies in neuroendocrinology by an aquaculture researcher through investigating gonadotropin-inhibitory hormone & kisspeptin as mediators between environmental cues & fish reproduction) a étudié si un système de kisspeptine et d'hormone inhibitrice de la gonadotropine (GnIH) pouvait expliquer les effets des facteurs de l'environnement sur les systèmes endocriniens et neuroendocriniens gouvernant la reproduction du bar commun (Dicentrarchus labrax).

Le projet s'est organisé en deux parties, et a appliqué une approche plurielle associant des études d'anatomie nerveuse, ex vivo, in vivo et moléculaires. La première étude a considéré l'interaction potentielle de la lumière (facteur environnemental de synchronisation) et de la mélatonine (la neurohormone qui transmet son effet) avec les systèmes neuroendocriniens à GnIH et kisspeptine. La deuxième étude a porté sur l'interaction potentielle des systèmes GnIH et kisspeptine avec l'hormone de libération de gonadotrophine, l'hormone gonadotropique et les gonades.

Les résultats ont confirmé l'idée que les systèmes neuroendocriniens à GnIH et kisspeptine puissent être des médiateurs entre la lumière de l'environnement et la reproduction. Le projet NEUROBASS a démontré l'intégration des deux systèmes dans l'axe photoneuroendocrine complexe qui relie la détection de la lumière par la rétine avec la glande pinéale.

Les chercheurs ont constaté des variations saisonnières dans le système à GnIH, et dans une moindre mesure dans celui à kisspeptine. Il est donc probable que la combinaison de ces systèmes contribue à l'impact de l'évolution saisonnière de la durée du jour sur la reproduction. En outre, d'autres résultats sur les effets de la GnIH sur les gonades ont conduit à proposer que la GnIH agit à tous les niveaux de l'axe reproducteur: le cerveau, l'hypophyse et les gonades.

Les résultats du projet peuvent servir à optimiser l'éclairement pour favoriser la reproduction du bar commun. Ils peuvent aussi contribuer à retarder la maturité sexuelle si elle réduit notablement la croissance du poisson et favorise la libération incontrôlée de gamètes. Ces deux scénarios ont un impact économique majeur. Il est donc très important de mettre au point des techniques de nanoencapsulation de la GnIH afin de l'administrer d'une façon commode et qui respecte l'environnement.

Le projet NEUROBASS a contribué à la recherche et à l'excellence en UE, générant des connaissances scientifiques détaillées sur des problèmes majeurs de reproduction rencontrés par l'aquaculture. Ses résultats peuvent être appliqués à d'autres espèces de poisson d'intérêt commercial, comme le thon et la daurade royale.

Informations connexes

Mots-clés

Facteurs de l'environnement, reproduction des poissons, aquaculture, hormone inhibitrice de la gonadotrophine, kisspeptine
Numéro d'enregistrement: 180968 / Dernière mise à jour le: 2016-04-06
Domaine: Environnement