Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

EpiRadBio Résultat en bref

Project ID: 269553
Financé au titre de: FP7-EURATOM-FISSION
Pays: Allemagne

Des marqueurs moléculaires du cancer radio-induit améliorent les estimations de risques

Une étude européenne a associé l'épidémiologie et la radiobiologie pour évaluer les risques de cancer du sein, des poumons, de la thyroïde et du tube digestif après une exposition aux radiations ionisantes à faible dose.
Des marqueurs moléculaires du cancer radio-induit améliorent les estimations de risques
En raison du manque de données statistiques et d'une mauvaise compréhension des facteurs de risque concurrents, l'épidémiologie traditionnelle rencontre plusieurs obstacles en étudiant les risques du cancer après l'exposition à des radiations ionisantes à faible dose. Financé par l'UE, le projet EPIRADBIO (Combining epidemiology and radiobiology to assess cancer risks in the breast, lung, thyroid and digestive tract after exposures to ionizing radiation with total doses in the order of 100 mSv or below) a intégré la biologie moléculaire à la modélisation des mécanismes de maladies radio-induites et à l'optimisation des estimations de risques de cancer basées sur les données épidémiologiques.

Une biobanque d'échantillons de sang provenant de plus de 370 donneurs appartenant à la cohorte française de l'hémangiome a été établie comme outil d'importation pour les prochains travaux de recherche sur les effets des rayonnements à faibles doses chez l'homme. Des mesures de l'ADN provenant d'échantillons de cancer du sein congelés prélevés sur 46 employées du complexe nucléaire Maïak en Russie et de sujets de contrôle non exposés ont révélé un facteur de nécrose tumorale (TNF) et du micro ARN 3184 comme marqueurs candidats pour le cancer du sein radio-induit. Les études sur l'ADN, l'ARN, et le taux de protéines d'échantillons de cancer de la thyroïde provenant de deux cohortes indépendantes ont confirmé CLIP2 en tant que biomarqueur pour le cancer de la thyroïde radio-induit diagnostiqué à un âge inférieur à 20 ans.

Plusieurs points d'extrémité biologiques ont été mesurés lors d'expositions à faibles doses et à doses élevées de cellules souches de cancer humain primaire suite à une opération de chirurgie esthétique ou non urgente. Des cellules épithéliales de poumons humains de co-culture avec des fibroblastes renforcent la transition épithéliale à mésenchymateuse (EMT, epithelial to mesenchymal transition), ce qui indique l'importance du microenvironnement pour les changements pré-cancérigènes dans l'épithélial normal. L'extension des données in vitro sur l'induction intercellulaire de l'apoptose des cellules transformées oncogènes aux conditions in vivo indique que l'irradiation peut renforcer ou réduire l'apoptose induite en fonction des paramètres systémiques.

La radiothérapie pendant l'enfance pour le traitement d'un hémangiome entraînerait chez des Suédoises ayant des antécédents familiaux un risque de cancer du sein plus du double par rapport aux autres femmes. Un nouveau modèle de cancérogenèse de la thyroïde qui incorpore deux différentes voies du cancer de la thyroïde dépendant de l'expression de CLIP2 et qui s'appuie sur des données compilées après la catastrophe de Tchernobyl a considérablement réduit l'incertitude des estimations de risque de radiation par rapport aux évaluations actuellement utilisées dans la radioprotection. Le cancer du côlon présentant une instabilité chromosomique serait plus influencé par le mode de vie que le cancer du côlon présentant une instabilité micro-satellitaire.

Enfin, EpiRadBio a offert des estimations quantitatives des risques de cancer pour différents scénarios d'exposition pertinents à la radioprotection.

Mots-clés

Radiation ionisante à faible dose, risque cancéreux, épidémiologie, radiobiologie, biomarqueurs, mécanismes de maladies radio-induits
Numéro d'enregistrement: 181109 / Dernière mise à jour le: 2016-04-26
Domaine: Biologie, Médecine