Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

iTRIS Résultat en bref

Référence du projet: 302228
Financé au titre de: FP7-PEOPLE
Pays: Autriche

Le contrôle biologique affecte la croissance des plantes

Les interactions écologiques dans l'environnement du sol et racinaire ont fait l'objet d'une étude par des chercheurs financés par l'UE en vue de mieux appréhender l'action des agents de contrôle biologique (ACB) dans la lutte contre les maladies des plantes.
Le contrôle biologique affecte la croissance des plantes
Des micro-organismes bénéfiques, capables d'éliminer les maladies végétales, sont devenus une alternative fiable aux pesticides. Le projet ITRIS (Interaction Trichoderma-Stenotrophomonas and its effect on plant growth and health) a étudié l'interaction entre deux ACB prometteurs, et évalué leur synergie pour la suppression du champignon Verticillium dahlia ainsi que pour la croissance et la santé des plantes.

Les partenaires du projet ont étudié deux micro-organismes faisant office d'ACB: Trichoderma velutinum G1/8 et Stenotrophomonas rhizophilia DSM14405T. Ils ont étudié leur synergie potentielle face au pathogène du sol Verticillium dahlia et les effets sur la croissance et la résistance de la plante.

Les chercheurs ont également étudié le rôle des métabolites secondaires et des composés organiques volatils (COV) afin de mieux comprendre l'écologie responsable de l'interaction des deux ACB.

Les résultats ont montré que la disponibilité des nutriments constituait un aspect important de l'interaction des espèces P69-Trichoderma et P69-V25, ainsi que sur le champignon interagissant avec P69. Les expériences menées sur des substrats riches en nutriments ont fait état d'une inhibition considérable pour les espèces de champignons mises à l'épreuve. Toutefois, dans un milieu pauvre, les mêmes micro-organismes ont fait montre d'une interaction différente. Le comportement de P69 s'est avéré dépendant du champignon: les espèces de Trichoderma n'étaient pas affectées ou stimulées, alors que V. dahlia est considérablement inhibé par P69.

Les résultats suggèrent que, si le sol est riche en nutriments, P69 peut s'avérer très efficace dans la lutte pour les nutriments, ralentissant ainsi la prolifération des champignons. Toutefois, un sol pauvre peut entraîner l'apparition d'autres mécanismes, allant d'un soutien mutuel à des interactions neutres pour les espèces de Trichoderma face à la concurrence ou au parasitisme de V.dahliae V25.

Les résultats du projet ITRIS montrent également que des interactions supplémentaires avec d'autres espèces sont essentielles, et que les Trichoderma peuvent renforcer l'avantage antagoniste d'une souche S. rhizophila spécifique. Cela pourrait s'avérer particulièrement important pour le développement de stratégies microbiennes pour le contrôle biologique et la croissance des plantes, notamment en des conditions extrêmes.

Informations connexes

Mots-clés

Interactions écologiques, environnement du sol, environnement racinaire, agents de contrôle biologique, maladies des plantes, ITRIS, Verticillium dahlia, Trichoderma velutinum G1/8, Stenotrophomonas rhizophilia DSM14405T
Numéro d'enregistrement: 182806 / Dernière mise à jour le: 2016-05-26
Domaine: Environnement