Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Une forêt de scientifiques

Un projet international a établi un réseau mondial de sites de télédétection. Ils permettent l'étude de la biochimie de la végétation des forêts et des écosystèmes, ce qui permet aux scientifiques de disposer d'informations sur la santé des forêts.
Une forêt de scientifiques
Le dioxyde de carbone (CO2) a plus d'impact sur le changement climatique que les autres gaz à effet de serre. Les forêts sont d'importants puits de CO2 puisqu'elles absorbent environ un tiers des émissions provenant des activités humaines, établissant ainsi leur importance dans la réduction du changement climatique.

Le projet SENSORVEG (Staff exchanges to estimate vegetation structure and biochemistry from remote sensing in connection to carbon and water fluxes), financé par l'UE, a mis en place un réseau mondial de sites de télédétection visant à étudier la végétation. Plusieurs chercheurs ont pris part à un programme d'échange international en vue de mettre au point des méthodes fiables visant à mesurer la biochimie de la végétation.

La télédétection permet de mesurer plusieurs facteurs afin de prévoir l'état de santé de chaque arbre et de la forêt. Ces estimations aident les chercheurs à comprendre le cycle de l'eau et son influence sur le niveau mondial de carbone et d'énergie.

Pour que les relevés soient précis et comparables, les données doivent être rassemblées sur la base de procédures standardisées.

L'un des objectifs du projet SENSORVEG était d'adopter les paramètres et les procédures propres à la télédétection. Pour ce faire, les chercheurs ont comparé les données spectrales au niveau de la feuille, de la canopée et de l'écosystème grâce à des méthodes de prélèvement distinctes dans des environnements spécifiques.

Ensuite, SENSORVEG a étudié les espèces méditerranéennes résistantes à la sécheresse afin de normaliser la méthode et d'étudier l'interaction de l'eau chez les plantes. Grâce à des méthodes standardisées, l'équipe a analysé les vergers d'amandiers et de pistachiers irrigués au sud de la vallée de San Joaquin en Californie.

En étudiant la croissance de la canopée de différentes forêts, l'équipe SENSORVEG a pu mieux comprendre les processus physiologiques qui y prennent place.

La mise en place de collaborations importantes représente un pas important vers un réseau de contrôle de l'environnement mondial. Les données obtenues lors de ces études ont contribué à l'amélioration de la compréhension du cycle de l'eau, un aspect très utile à la gestion des cultures par les agriculteurs.

Informations connexes

Mots-clés

Forêt, télédétection, biochimie, végétation, écosystèmes, cycle de l'eau