Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Les effets du changement climatique dans les eaux profondes

Le changement climatique a un impact négatif sur les écosystèmes des eaux profondes, mais personne ne sait exactement comment.
Les effets du changement climatique dans les eaux profondes
La biodiversité des écosystèmes d'eaux profondes, qui sont les plus importants dans le monde par leur taille et leur diversité, est menacée par le changement climatique. Il reste toutefois difficile d'évaluer l'impact réel du changement climatique sur les écosystèmes d'eaux profondes.

Les organismes d'eaux profondes se nourrissent principalement de la matière organique qui tombe en cascade depuis les couches supérieures de l'océan, et ils contribuent de manière importante aux cycles du carbone, du phosphore et de l'azote. Ainsi, les changements climatiques à la surface et les interventions d'origine humaine peuvent avoir un impact direct sur les écosystèmes des eaux profondes.

Le projet CEFMED (Climate effects on the deep-sea ecosystem functioning of the Mediterranean Sea), financé par l'UE, visait à mettre en lumière le lien entre le changement climatique et les écosystèmes des eaux profondes. Plus précisément, les chercheurs voulaient être capables de prévoir comment le climat influencera les réponses des communautés des eaux profondes et les services écosystémiques associés selon différents scénarios de changement climatique.

Le projet CEFMED a conduit des expériences in situ pour étudier l'influence de l'approvisionnement en nourriture sur les organismes clés des eaux profondes, ainsi que l'impact de la présence de ces organismes sur les rythmes et les processus de dégradation de la matière organique (MO). Les chercheurs ont mesuré les réponses physiologiques d'organismes clés de la mégafaune à des apports de nourriture de qualité et de quantité variables dans des zones contenant beaucoup ou peu de nutriments.

Même si l'analyse des données est encore en cours, les premiers résultats du projet CEFMED indiquent que la quantité de nourriture joue un rôle important dans la structuration des stocks permanents de faune benthique. Ils ont également montré la possibilité de réponses différentes à l'apport d'aliments, ainsi qu'à la sélection active des aliments par la plupart des taxons étudiés. Le groupe a observé que les vers ronds étaient les invertébrés dominants dans les zones de forte disponibilité alimentaire (71 %), suivis par les arthropodes (13 %). Les arthropodes (38 %) dominent les zones de faible disponibilité alimentaire, suivis par les vers ronds (36 %). Le projet CEFMED a également montré que les diatomées semblent être la plus importante source d'alimentation pour la plupart des composants de l'écosystème.

Ces recherches permettront aux scientifiques de mieux comprendre la vie océanique en eaux profondes et notre influence involontaire sur cette dernière de manière plus détaillée.

Informations connexes

Mots-clés

Changement climatique, haute mer, écosystème, concombres de mer, biodiversité, CEFMED, invertébrés