Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des micro-ARN dans la rétine

Dans la plupart des fonctions biologiques, les micro-ARN ont émergé comme des régulateurs clés de l'expression des gènes. Une étude européenne a étudié le rôle des micro-ARN dans le fonctionnement des cellules rétiniennes.
Des micro-ARN dans la rétine
Le traitement visuel chez les vertébrés est un processus complexe qui requiert de nombreux types cellulaires. Les cellules bipolaires constituent des intermédiaires dans le processus et sont caractérisées de post-synaptiques par rapport aux photorécepteurs et de pré-synaptiques par rapport aux cellules ganglionnaires. Elles traitent et transmettent le signal reçu des tiges et des cônes. L'accumulation de preuves souligne l'importance de l'expression micro-ARN fonctionnelle dans les photorécepteurs de cônes mûrs.

L'objectif principal du projet RBC MIRNA (The role of microRNAs in the retinal bipolar cell), financé par l'UE, était d'étudier le rôle des micro-ARN dans les cellules bipolaires. Pour ce faire, les scientifiques se sont concentrés sur la cellule bipolaire ON spécifique au gène TrpM1 qui dépolarise les réponses ON dans les cellules bipolaires. Ils ont en outre étudié ses interactions avec le micro-ARN miR-211.

Les résultats ont indiqué une expression enrichie de miR-211 dans la couche de cellule bipolaire de la rétine en réponse aux changements. Pour définir cet effet, les chercheurs ont créé des souris transgéniques dépourvues d'un facteur essentiel dans la biogenèse des micro-ARN mûrs dans leurs cellules bipolaires. Toutefois, la morphologie de la rétine, les niveaux de protéines rétiniennes essentielles et le fonctionnement visuel sont restés inchangés. Cela suggère que des voies alternatives étaient en place pour la production de miARN dans la rétine.

La régulation négative de l'enzyme RNAse III Dicer, qui est essentielle pour toute la production de micro-ARN, n'a pas changé le fonctionnement visuel des souris transgéniques. Cependant, l'analyse moléculaire des cellules bipolaires rétiniennes dans ces animaux a révélé une réduction des protéines synaptiques SNAP-25 (Synaptosomal-Associated Protein, 25kDa) et de la synaptotagmine Syt1-1.

Collectivement, ces résultats suggèrent une dérégulation possible du roulement synaptique aux synapses des cellules bipolaires en raison de l'interruption de la biogenèse du miARN. Comprendre le réglage fin de la transmission synaptique impliquée dans le traitement visuel pourrait s'avérer bénéfique pour le traitement des différentes conditions des yeux.

Informations connexes

Mots-clés

Micro-ARN, rétine, cellules bipolaires, cellule bipolaire ON spécifique au gène TrpM1, Dicer
Numéro d'enregistrement: 183008 / Dernière mise à jour le: 2016-07-18
Domaine: Biologie, Médecine