Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Hegel contre Ricœur: un regard neuf sur la reconnaissance et le pardon

Une étude comparative de l'œuvre de deux grands philosophes européens des deux derniers siècles peut faire la lumière sur les moyens de relever les défis sociétaux actuels tels que la reconnaissance mutuelle des communautés coexistantes.
Hegel contre Ricœur: un regard neuf sur la reconnaissance et le pardon
Feu le philosophe allemand Georg Wilhelm Friedrich Hegel et feu le philosophe français Paul Ricœur ont tous deux longuement abordé les concepts tels que la reconnaissance mutuelle et le pardon, chacun à sa façon. À cet égard, le projet HEGELANDRICOEUR (Misrecognition, mutual recognition and forgiveness in Hegel and Ricoeur), financé par l'UE, a examiné le concept de reconnaissance mutuelle à partir des différents points de vue des philosophes. Il a également comparé la façon dont Ricœur et Hegel interprétaient la dynamique entourant la méconnaissance, la reconnaissance mutuelle et le pardon, en étudiant les convergences et les divergences afin de mieux cerner les théories de reconnaissance.

En tenant compte du fait que Ricœur avait vécu après Hegel, l'équipe du projet a étudié les notes de Ricœur sur Hegel et les théories du second. L'équipe a observé la façon dont Ricœur interprétait la négation dialectique de Hegel sur la méconnaissance (par ex.: la lutte, le crime, le mal) parmi d'autres idées du philosophe allemand. Il s'agissait de comprendre comment ces derniers voyaient la relation entre l'individualité et l'altérité, ainsi que l'opinion de Ricœur sur la compréhension par Hegel du «ressort tragique de l'action».

Le projet a réussi à repérer comment s'articulait la confrontation de Ricœur et la pensée de Hegel, à savoir dans la période anti-hégélienne du début des années 1950, ainsi que l'appropriation créative des notions de Hegel sur la médiation et la pensée.

En explorant les conférences de Ricœur sur la négation, l'équipe du projet a mis en lumière la résistance du philosophe face à la dialectique de Hegel. Elle a révélé les formes disparates de négation de Ricœur, touchant à une absolutisation de l'opposition et de la médiation, ainsi que les formes de négativité telles que le mal et l'absurdité. Ceci a permis de mieux cerner la position de Ricœur quant au rôle du conflit et de la médiation dans la vie sociale.

L'autre objectif du projet impliquait d'identifier l'opinion de Ricœur à propos de la théorie de la vie éthique (Sittlichkeit) émise par Hegel, en la situant entre idéologie et utopie. Ceci a également contribué à apporter de nouveaux éclaircissements sur le Kantisme post-hégélien.

En outre, l'équipe du projet a reconstitué les variations importantes caractérisant l'interprétation par Ricœur de la dialectique relative au mal et au pardon, démontrant comment le philosophe français s'appropriait la conception horizontale du pardon émise par Hegel. L'équipe a ainsi pu clarifier la façon dont Ricœur articulait cette conception horizontale du pardon et de la reconnaissance par rapport à la conception verticale, la seconde ayant été théologiquement inspirée par St. Paul.

Globalement, le projet porte sur les défis sociétaux actuels tels que la coexistence et la reconnaissance mutuelle parmi des communautés respectant des valeurs différentes. Les résultats du projet devraient alimenter une publication complète au sujet de la relation ambigüe que Ricœur entretient avec l'héritage laissé par Hegel, de la dialectique et la philosophie pratique à l'interprétation des symboles religieux. Ceci pourrait favoriser la résolution du problème séculaire que pose la coexistence mutuelle et encourager le pardon dans les foyers de tension du monde entier.

Informations connexes

Mots-clés

Hegel, Ricœur, HEGELANDRICOEUR, méconnaissance, reconnaissance mutuelle, pardon