Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

ERC

EMIS — Résultat en bref

Project ID: 227348
Financé au titre de: FP7-IDEAS-ERC
Pays: Belgique

L'avenir de la mousson

Une étude de l'UE a pensé prédire les éventuels effets du changement climatique sur la mousson en Asie orientale. L'équipe a comparé des évènements préhistoriques particulièrement puissants avec plusieurs autres évènements similaires et a déterminé les facteurs responsables de ces différences.
L'avenir de la mousson
La mousson de l'Asie orientale (des mois d'intenses tempêtes quotidiennes) pilote l'écologie, l'économie et la culture de toute la région. Le changement climatique aura probablement un effet sur la mousson même si on ignore encore lequel.

Le projet EMIS (An intense summer monsoon in a cool world, climate and East Asian monsoon during interglacials with a special emphasis on the interglacials 500,000 years ago and before), financé par l'UE, a modélisé les changements envisageables. L'étude s'est concentrée sur une moisson particulière survenue pendant la MIS-13 interglaciaire, il y a environ un demi-million d'années. L'évènement a été le plus puissant du dernier million d'années, il n'est cependant pas bien compris. L'analyse de l'évènement MIS-13 et sa comparaison avec d'autres évènements ont permis à l'équipe de prévoir de futurs changements.

La mousson MIS-13 était puissante à cause d'un contraste thermique terre-océan très fort. La situation découlait d'une combinaison de fort rayonnement solaire avec la couche de glace eurasienne. Un bassin tropical chaud du Pacifique a augmenté les pluies estivales dans le sud de la Chine tout en réduisant les précipitations au nord de la Chine. Cette longue durée du MIS-13 était donc également un facteur de la puissance de la mousson.

Les chercheurs ont comparé le système climatique du MIS-13 avec ceux d'autres périodes. Les gaz à effet de serre ont un effet dominant sur la température annuelle moyenne, tant au niveau mondial que dans les Plateaux du sud (Southern Highlands). L'énergie solaire était cependant la principale variable influençant les précipitations pendant la mousson, la température à haute latitude au nord et la glace marine.

Un évènement dit Mid-Brunhes (MBE) survenu il y a 430 000 ans et les changements profonds qui y sont associés pourraient être déterminants pour comprendre le rôle du dioxyde de carbone de l'atmosphère. L'équipe a découvert que le MBE pourrait avoir été un ensemble de réactions indépendantes à des conditions de forte énergie solaire plutôt qu'un évènement unique. Les hivers boréaux et l'hémisphère sud pourraient également avoir joué un rôle plus important dans le réchauffement des interglaciaires post MBE que des périodes pré MBE.

Une comparaison de neuf interglaciaires a démontré que le MIS-11 et le MIS-9 étaient plus proches du MIS-1. Cependant, la comparaison des interglaciaires les plus chaudes, MIS-5 et MIS-9, avec de conditions actuelles et futures éventuelles doit être traitée avec précaution.

Les travaux du projet EMIS visant à décortiquer la moisson de MIS-13 ont aidé les chercheurs à prévoir des changements tant dans les conditions actuelles que futures. De tels travaux soutiennent les efforts de diffusion et de préparation.

Informations connexes

Mots-clés

Mousson, changement climatique, Asie orientale, EMIS, interglaciaires, MIS-13