Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

De nouveaux biomatériaux pour la médecine régénérative

Les progrès réalisés dans le secteur de la médecine régénérative exigent la création de nouveaux matériaux biologiques. Des chercheurs européens et chinois ont collaboré pour créer une nouvelle génération de nano-biomatériaux composites.
De nouveaux biomatériaux pour la médecine régénérative
Le but principal du projet ABREM (Advanced biomaterials for regenerative medicine), financé par l'UE, visait à mettre au point un réseau de recherches collaboratif rassemblant les partenaires européens et chinois dans le secteur des matériaux biomédicaux et de la médecine régénérative. Les recherches portaient essentiellement sur la synthèse de nouveaux biomatériaux composites nanostructurés, leur caractérisation et les tests d'utilisation en médecine régénérative.

Au cours des cinq années du projet, les partenaires ont mis en place une collaboration efficace et obtenu des résultats impressionnants. Les scientifiques ont mis au point plusieurs nouveaux biomatériaux composites nanostructurés à base de carbone/carbone, carbone/polymère, polymère/polymère et carbone/céramique. Ils les ont ensuite testés pour différents usages médicaux.

Les nouveaux matériaux produits dans le cadre du projet ont fait l'objet d'une évaluation pour différentes applications, notamment pour remplacer un os ou régénérer des tissus, la libération de médicaments, la purification du sang et le traitement du diabète. Les efforts déployés contre le cancer pendant le projet ont donné lieu à un nouveau biocapteur exploitant des nanoparticules magnétiques enduites d'or pour l'imagerie et la destruction de cellules spécifiques du cancer du sein. Par ailleurs, l'imagerie moléculaire a permis la mise au point d'un système de contrôle non invasif des cellules souches transplantées qui pourrait faciliter considérablement la thérapie de demain.

Les chercheurs ont conçu un matériau biomimétique pour soutenir les vaisseaux sanguins artificiels avec production catalytique d'oxyde d'azote (NO). Le matériau a favorisé la prolifération de cellules endothéliales, en bloquant l'adhésion et la diffusion des cellules des muscles lisses. Les expériences ont également démontré de bonnes propriétés anti-thrombotiques, avec une agrégation et une activation des plaquettes inhibées qui seront utiles lors de la pose de stent coronaire.

L'hydrogel offrant une libération contrôlée de NO a été synthétisé en vue d'améliorer les performances du cœur suite à un infarctus. Les résultats ont montré que l'hydrogel pouvait être utilisé pour véhiculer les cellules souches dans le traitement d'une infection du myocarde.

En conclusion, le projet ABREM a contribué à jeter les bases d'une collaboration durable entre les centres de recherche européens et chinois. Les nouveaux biomatériaux ont fait état d'une bonne biocompatibilité, avec des résultats prometteurs lors des applications futures en médecine régénérative.

Informations connexes

Mots-clés

Biomatériaux, médecine régénérative, ABREM, régénération de tissus, biocapteur, thérapie par cellules souches, port de stents