Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

SAT-IMG Résultat en bref

Project ID: 300373
Financé au titre de: FP7-PEOPLE
Pays: Royaume-Uni

Un indice pour l'obésité abdominale

Des chercheurs étudiant le rôle des couches de graisse abdominale dans les maladies ont lié une de ces couches à un risque accru de diabète chez l'homme.
Un indice pour l'obésité abdominale
L'obésité abdominale a été liée à un certain nombre de problèmes de santé mais le lien entre l'augmentation des dépôts de graisse et le risque de diabète n'est pas compris. Les tissus adipeux sous-cutanés (subcutaneous adipose tissue, SAT) dans l'abdomen sont divisés en deux couches: SAT profond (dSAT) et SAT superficiel (sSAT).

L'initiative SAT-IMG (Abdominal subcutaneous adipose tissue depots and human metabolic profile: A novel concept of metabolic dysfunction in abdominal obesity), financée par l'UE, visait à identifier les différences entre dSAT et sSAT et à déterminer comment la régulation génétique contrôle la distribution des couches.

Les chercheurs du projet ont travaillé au développement d'un nouvel index d'obésité abdominale à l'aide d'ultrasons. Pour ce faire, ils ont mesuré la profondeur de la matière grasse dans la cuisse et dans l'abdomen profond de chacun des participants à l'étude.

L'équipe a effectué des biopsies guidées par échographie sur 43 personnes, suivies d'études d'expression génique, ainsi que des mesures de composition de l'acide gras et de la dimension des cellules grasses.

Les chercheurs ont comparé les SAT entre les femmes pré- et post-ménopause à l'aide d'échographies et d'imageries par résonance magnétique afin de découvrir comment les couches de SAT changent et se développent pendant la ménopause. Ils ont toutefois constaté que la ménopause n'avait aucun effet sur l'expansion de la SAT ou la distribution de ses deux couches.

SAT-IMG a constaté que les hommes obèses présentaient une expansion démesurée du dSAT et que c'est un bon prédicteur de l'insulinorésistance globale et des maladies cardiovasculaires. Le projet a également découvert que dSAT contenait des proportions plus élevées d'acides gras saturés et a montré une expression supérieure de gènes pro-inflammatoires, lipogéniques et lipolytiques.

Ces résultats fournissent à la communauté médicale un nouvel outil facile à utiliser qui montre les relations entre la graisse abdominale et les résultats attendus pour la santé.

Informations connexes

Mots-clés

Obésité, graisse abdominale, diabète, tissu adipeux sous-cutané, SAT-IMG, métabolique
Numéro d'enregistrement: 183202 / Dernière mise à jour le: 2016-10-25
Domaine: Biologie, Médecine