Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

La radiobiologie revisitée

En Europe, plus de 60 % des patients atteints de cancer sont traités par radiothérapie. Améliorer l'efficacité et réduire la cytotoxicité du rayonnement ionisant est d'une importance capitale.
La radiobiologie revisitée
Malgré les progrès de la radiothérapie ciblée, le rayonnement ionisant provoque des effets secondaires importants dans les tissus normaux. De nouvelles preuves soulignent un rôle pour l'endothélium microvasculaire dans la réponse cellulaire au rayonnement. Au niveau moléculaire, les acteurs clés dans cette réponse semblent être les protéines p38 MAPK qui sont activées après un stress oxydatif induit par rayonnement.

Pour cartographier la réponse endothéliale au stress oxydatif induit par le rayonnement ionisant, le projet P38RADOX (Identification of p38 MAPK partners in the response of endothelium to oxidative stress and ionizing radiation. Impact in cancer radiotherapy), financé par l'UE, visait à identifier de nouvelles molécules de signalisation impliquées dans la voie p38 MAPK.

En utilisant une combinaison de méthodologies protéomiques, biochimiques et microscopiques, les chercheurs ont identifié la nucléophosmine (NPM) comme un nouveau partenaire cytosolique du p38 MAPK dans les cellules endothéliales. Les chercheurs ont observé que le stress oxydatif et le rayonnement ionisant induisait la déphosphorylation de la NPM, amenant sa translocation vers le noyau et affectant la réponse aux dommages de l'ADN. En particulier, cela a retardé la réparation des cassures double brin de l'ADN et a conduit à une accumulation d'erreurs de l'ADN dans ces cellules.

Collectivement, les conclusions de l'étude indiquent un rôle pour le NPM dans l'instabilité génomique endothéliale, en altérant la détection des dommages de l'ADN et en retardant la réparation de l'ADN cellulaire. Bien que la validation de ces données dans des échantillons cliniques soit en attente, cela pourrait entraîner un dysfonctionnement cellulaire supplémentaire et pourrait conduire à d'importantes pathologies vasculaires. NPM pourrait donc constituer un objectif pour réduire le dysfonctionnement endothélial et la toxicité associée à des traitements de radiothérapie pour améliorer les résultats de la radiothérapie.

Informations connexes

Thèmes

Life Sciences

Mots-clés

Radiothérapie, rayonnement ionisant, p38 MAPK, nucléophosmine, réponse aux dommages de l'ADN