Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

ERC

LANGUAGE IN OUR HAND — Résultat en bref

Project ID: 240962
Financé au titre de: FP7-IDEAS-ERC
Pays: Pays-Bas

Les enfants sourds qui utilisent la langue des signes ont l'avantage d'apprendre à exprimer des relations spatiales

Les enfants sourds peuvent apprendre la langue spatiale aussi bien, voire mieux, que les autres. La dernière recherche sur ce sujet présente certaines découvertes plus surprenantes qui contredisent l'opinion prédominante.
Les enfants sourds qui utilisent la langue des signes ont l'avantage d'apprendre à exprimer des relations spatiales
À tout instant, notre cerveau est bombardé d'informations spatiales, que l'on se dirige vers sa voiture, que l'on réponde au téléphone ou que l'on soit derrière un véhicule en mouvement. La langue parlée nous permet d'expliquer nos relations spatiales avec les objets autour de nous, mais tout change lorsqu'il faut communiquer les perceptions spatiales avec la langue des signes. Dans cette langue, la communication de ces relations est moins abstraite et plus imagée que par la parole. Des chercheurs se sont donc penchés sur l'acquisition du langage, pour savoir s'il suit une trajectoire universelle fondée sur la conception innée de la langue et sur un modèle universel du développement conceptuel.

Pour répondre à cette question, le projet LANGUAGE IN OUR HAND (Language in our hand: The role of modality in shaping spatial language development in deaf and hearing children) a comparé l'acquisition de la langue parlée avec celle de la langue des signes, prenant pour modèle de cas la langue des signes turque. Les chercheurs ont étudié des enfants sourds ou non du même âge, pour savoir si la langue des signes empêche, accélère ou n'a aucun effet sur le développement, tenant aussi compte des gesticulations.

L'étude a porté sur des phrases d'action statique et dynamique comme le livre est sur la table, le chat saute dans la boîte, et le garçon cache la balle sous le lit. Sur la base des données de test impliquant différents groupes d'âge, l'équipe a déduit qu'en termes de traitement des relations de localisation (dans, sur, sous, etc.) les enfants sourds suivaient un modèle similaire à celui des autres enfants. Ils ont également découvert que par rapport aux relations (gauche-droite), les enfants sourds étaient plus performants que les enfants parlants.

De plus, les enfants utilisant la langue des signes se sont avérés aussi capables que les adultes d'exprimer des évènements présentant un mouvement (par exemple, la fille est montée dans la voiture). De nombreuses autres découvertes de projet confirment que l'apprentissage spatial chez les enfants sourds n'est pas entravé (contrairement aux recherches précédentes), et peut même être avantagé par rapport aux enfants parlants à certains égards, remettant en question la recherche et les convictions précédentes en la matière.

Ces résultats devraient enrichir l'étude de la langue des signes, ainsi que le développement de la cognition et du langage spatial. Les découvertes peuvent guider l'apprentissage de la langue spatiale chez les enfants sourds et parlants et, à terme, encourager l'inclusion des personnes sourdes dans la société en leur apprenant la langue des signes ainsi que la langue parlée (à travers une éducation bilingue bimodale), avec des implications qui pourraient soutenir le développement pour tous les enfants du monde.

Informations connexes

Mots-clés

Langue spatiale, enfants sourds, acquisition du langage, langue des signes, enfants avec une audition normale